[Vampire] La vengeance n'est jamais un sentiment assouvit. -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 17
Lilium

Dim 5 Fév 2017 - 13:50





Lilium Oryn





Informations générales

Prénom : Lilium.
Nom : Oryn.
Race : Vampyr.
Sexe : Vagin.
Âge : Mille six cent quatre-vingt-trois Hivers.
Rang : Esclave.
Métier :
Préférences sexuelles : Bisexuelle.



Physique

Taille : Un mètre soixante-dix environ.
Poids : Quarante-cinq kilogrammes.
Couleur des yeux : Tantôt bleu océan, tantôt ténèbres.
Couleur des cheveux : Onyx.

Description :

Marche résolue et dos droit, elle arpente les longs couloirs. Tout doit être parfait quitte à surjouer ; inspiré crainte et respect est un devoir. Devoir auquel s'en tient Lilium depuis des années.

Les tissus de soie – formant autrefois un kimono traditionnel – s'étalent à terre, laissant à loisir découvrir un corps menu, fin, discret. Un corps gracieux. Sa silhouette longiligne l’interpelle à travers le miroir ; ses yeux, d'ordinaires bleu abysses se révélant être aussi sombre que ses cheveux, dardent leurs regards sur ses larges hanches, ses courbes accentuées, sa poitrine généreuse avant de terminer sa course vers son visage semblant angélique. Une à une, les pinces retombent lourdement sur le tatamis tandis que sa chevelure ébène vient lécher – à son tour – la douce peau laiteuse soigneusement entretenu.

Son corps ne déplore aucune perte, si ce n'est un dos couvert de cicatrice mais ayant pleinement gardé sa beauté malgré son âge avancé.

Sa paume – non rugueuse n'ayant jusqu'alors subit aucun dur labeur – se pose sur son reflet tandis que son regard se détourne lentement de la marque apposé sur son corps. Un signe d'appartenance non négligeable, signe de royauté et de désobéissance.


Mental

Trois qualités : Intelligente | Calme | Docile
Trois défauts : Nonchalante | Froide | Arrogante

Description :

Bien avant d’être ce qu’elle ait actuellement, Lilium était une enfant souriante, aimante et pleine de caprice, surtout insouciante. Elle ne cessait de repousser les limites de l’agacement de son institutrice. Avec de la patience et de la force, l’enfant s’assagit comprenant les attentes que lui imposait sa famille, notamment son père. Elle perdit énormément de son impulsivité et de sa gaieté pour ne laisser place qu’à une personne silencieuse, douce et cultivée. Malgré que sa passivité soit devenue un trait de caractère dominant, la passion réussit toujours à émeut son corps et son coeur.
Aujourd'hui, elle n'est qu'une coquille vide qui rejette quiconque ose s'approcher d'elle. Elle ne respecte aucun humain et n'hésite aucunement à le tuer si l'envie l'en prend, toutefois, elle sait se contrôler malgré son aversion pour les mortels. Les années passés lui ont permis de devenir totalement indépendante ; et bien qu'elle se demande toujours pourquoi elle n'a pas mis fin à ses jours, Lilium a développé une curieuse façon de voir le monde : « Tout n'est que fatalité. ». En effet, quelque fois, il lui prend l'envie de jouer au "Philosophe de La Vie".

Les goûts et les couleurs se confondent chez Lilium, les choses lui étaient imposées et elle les accepte sans réellement rechigner. Toutefois, elle adore observer la Lune depuis son petit balcon et respirer l’odeur de la pluie. Ce sont des privilèges qu’elle se réserve lorsqu’elle le pouvait.

Lilium ayant eu un rang social élevé, sa marche est toujours correcte et droit, aucun écart n’est permis. Elle ne parle que lorsqu’il est nécessaire – elle a d’ailleurs gardé l’ancien dialecte et accent de sa notion malgré la langue "imposée" à Erèbe.



Mon histoire

« Ma vie est un miroir brisé en millions de morceaux. Les fragments minuscules sont des souvenirs heureux longtemps oubliés… Et le reste n’est que douleur et torture dans mon coeur. »

C’était pourtant une vie anodine.

° ° °

« Je suis comme Icare. »

Allongée sur son ventre, les habits déchirés, elle leva sa main vers la Lune spectatrice ; Elle seule, Témoin de ses larmes et de sa souffrance.

« Je suis brûlée… destinée aux Ténèbres. Plus jamais je ne pourrais voler de nouveau. »

° ° °

An 200 avant Jésus-Christ ; sur une vaste étendue de terre, de montagne et de plaine, au large des côtes Pacifique : un immense royaume puissant vu enfin naître la descendance royale tant attendue du vingt-huitième Empereur ainsi que de la Reine. L’heure était au réjouissance mais également à la désolation, le premier né n’était autre qu’une fille aux tendres joues roses et aux yeux bleus comme l’Océan le plus sombre. Cette enfant était L’héritière légale jusqu’à ce que son épouse mette au monde un garçon, l’Empereur ne pouvait la destituer au profit de ses nombreux fils engendrés avec ses concubines. Il n’avait d’autres choix que d’espérer trouver un bon parti ou obtenir un fils dans les années à venir…

On baptisa l’enfant “天莉丝”– Tiān Lìsī, signifiant littéralement « Lys Céleste » – dans l’espoir qu’elle ait la grâce divine mais également la beauté du lys pure.


An 192 avant Jésus-Christ ; le bambin grandit sereinement dans les années suivant sa naissance, elle était pleine de grâce et de bonté mais aussi fougueuse qu’un tigre et impulsive d’un dragon. C’était une force de caractère indomptable, enclencheur de nombreuses bêtises qu’elle put faire au court de ses huit dernières années. Néanmoins, on lui pardonnait tout ; son sourire innocent était une source de bonheur pour tous ceux qui avaient l’occasion de rencontrer la Princesse.


An 190 avant Jésus-Christ ; néanmoins, aux fils des années, Tiān Lìsī éprouvait une vive douleur au fond de son coeur dû au rejet de ses parents quant à son sexe. Plus elle grandissait, plus sa liberté s’échappait. Dans cette même année, l’Impératrice mis au monde son deuxième enfant qui était également une fille ; l’Empereur désespérait, sa femme allait bientôt atteindre l’âge maximal pour enfanter et n’avait toujours pas donné d’Héritier masculin. Suite à quoi, l’insouciance disparut petit à petit pour ne laisse place qu’à une jeune fille mâture et responsable : dès l’aube de son dixième anniversaire, on exigea dès qu’elle se comporte comme une personne digne de son rang, multipliant ainsi les cours et les professeurs.


An 187 avant Jésus-Christ ; alors que Tiān Lìsī avançait progressivement vers l’âge de la majorité, elle rencontra un jeune garçon devant à peine avoir onze ans. Ses traits étaient encore fin, ses cheveux dépassant à peine ses épaules et ses habits laissaient à penser qu’il devait appartenir à la garde – probablement un jeune nouveau soldat. La jeune fille était désireuse de faire sa connaissance, une nouvelle tête à découvrir. Malheureusement celui-ci s’enfuit avant qu’elle n’ait pu lui dire quoi que ce soit.

Tiān Lìsī apprit au détour d’une conversation qu’il faisait effectivement parti de la garde impériale – malgré son jeune âge –, mais qu’il était aussi fils du Général des armées. Elle le revint plusieurs fois au détour des couloirs, sans jamais lui parler ; c’était un garçon curieux qui manquait parfois à son devoir pour lire. Tiān Lìsī profita de ce moment d’égarement pour aller l'aborder : bien vite, elle se lia d’amitié avec le garçon nommé Hēi Lóng, lui apprenant au passage l’art de la calligraphie et du Koto.


An 185 avant Jésus-Christ ; Tiān Lìsī atteint bientôt l’âge de rencontrer son futur époux. Son apprentissage était ainsi presque terminé : elle était devenue une jeune fille élégante, raffinée et cultivée. L’histoire de ses ancêtres n’avait plus de secret pour elle, autant qu'être futur Impératrice mais également le secret d’une bonne épouse. Conformément aux attentes de son père, Tiān Lìsī se moula parfaitement dans ses exigences, elle n’opposa aucune résistance.

En parallèle, la jeune fille entretenait une relation à la frontière de l’amour avec Hēi Lóng, devenant de plus en plus proche. Ils multipliaient les rendez-vous à l'abri des regards indiscrets sans pour autant se toucher. Ni l'un ni l'autre ne connaissait la douceur de la peau.

Plusieurs mois plus tard, elle rencontra donc l’homme à laquelle elle était promise. Yuán Shù – âgé alors de vingt Lune – était un homme fort et beau, il était générale des armées de son royaume : un parti idéal pour reprendre le pesant flambeau de la royauté. Tiān Lìsī trouvait sa compagnie agréable, il était attentionné et lui partageait sa culture ainsi que ses connaissances. Mais ses pensées se tournait souvent vers Hēi Lóng, son seul ami, pour qui elle éprouvait des sentiments contraires aux règles de son Père.

Contre toute attente, en cette fin d’année, l’Impératrice mis finalement un monde un fils en bonne santé – avant de décéder. La venue de son héritier força Tiān Lìsī a avancé son union avec Yuán Shù afin de toujours bénéficier des alliances des deux royaumes.


An 183 avant Jésus-Christ ; après avoir passé deux ans en dehors de son royaume, une majeure partie auprès de Yuán Shù, Tiān Lìsī retourna chez elle en vue de préparer le mariage qui aurait lieu à ses dix-huit ans.
Ses premières occupations furent de retrouver Hēi Lóng. Ce dernier n’était plus l'adolescent d'autrefois mais bel et bien un jeune homme, promu garde impérial, tenu de surveiller Tiān Lìsī elle-même. Il avait changé non seulement physiquement mais aussi moralement. Leur lien d’amitié ne semblait plus exister, ce temps était révolu. La jeune femme ne laissa rien paraître de sa tristesse, cela représentait une aubaine pour oublier les douleurs qui poignardaient son coeur : elle se concentra donc corps et âme pour faire abstraction de ses sentiments mais également du reste.

L'heure fatidique approchait à grands pas et ses craintes s’amplifiaient à l’idée d’épouser un homme qu'elle n'aimait pas. Profitant du calme de la nuit et du vent d’été, la jeune femme réfléchissait à son avenir : Yuán Shù était certes un homme bon, beau et puissant mais cela ne changeait rien à ses sentiments. Tiān Lìsī relativisa, elle avait toujours su se conformer aux attentes... elle n'aurait donc aucun mal à oublier. Son futur époux aurait ses concubines tandis qu'elle resterait enfermer dans sa chambre, seule, après lui avoir donné un fils. C'était un avenir radieux en effet.
Elle aurait voulu fuir, être une autre personne. Elle n’avait plus aucun ami, famille, plus rien.
Faible et désespéré, Tiān Lìsī fléchit et se laissa choir à terre pour extérioriser les larmes retenues depuis bien trop longtemps. Des bras robustes entourèrent son frêle corps, lui offrant protection et soutien, elle sut qu'il s'agissait de Hēi Lóng lorsqu'il murmura son prénom aux creux de son oreille. La jeune fille se retourna puis tomba dans ses bras pour se réfugier à l'intérieur de sa chaleur réconfortante, elle serra de toutes ses forces les pans de ses habits tandis que le garçon ne cessait de l'apaiser. Le soldat releva doucement son visage avant d'y apposer ses lèvres pour sécher ses pleures. Leurs regards se croisèrent de nouveau, quelle folie les avaient possédés ? Tiān Lìsī s'abandonna tandis que son amant mordit son cou délicat... Seule la Lune fut témoin ce jour-ci.


An 182 avant Jésus-Christ ; leur liaison ne fut pas caché longtemps et ils furent rapidement dénoncer. Tout cela contrarié terriblement l'Empereur, l'alliance qu'il avait conclu avec le royaume voisin allait perdu par un béguin !
Hēi Lóng fut condamné à la peine de mort pour trahison et abus de pouvoir. Tiān Lìsī supplia son père de libérer son amant, échangeant jusqu'à sa propre vie pour lui mais celui-ci, fou de rage, ordonna qu'on punisse sa fille également. Elle reçut des coups de fouet et jugeant que ce n'était pas assez pour pardonner sa désobéissance, on marqua au fer rouge le sceau royale : "Tu es ma fille et ta vie m'appartient, souvins-t'en."

Dans la foulé, Yuán Shù fut malheureusement mis au courant par une servante. Il se rendit rapidement chez sa futur épouse et désireux de s'entretenir avec elle-seule, il ordonna aux dames et aux gardes de partir. Il n'y avait désormais plus aucune personne pour sauver Tiān Lìsī de la rage naissance du Prince. Elle n'avait plus aucune force pour se débattre et protester... Dans un excès immense, Yuán Shù saisit la jeune femme et déchira ses vêtements jusqu'à humilier celle-ci, elle se débattait comme elle pouvait, en vain. Il s'empara de la femme avant de la laissait à terre comme un vulgaire cadavre...

Hēi Lóng fut exécuter la veille des noces. Tiān Lìsī plongea dans un désespoir son nom. Sa mort accéléra ses instincts primitifs de chasseuse, libérant le vampire jusqu'alors tenu secret. Sa constitution solide et sa bouillonnante rage augmentèrent son désir de vengeance. Elle tua en premier sa propre famille, puis un à un, décima également la famille de Yuán Shù sous ses yeux. La jeune femme réduit son peuple à l'état de cendre jusqu'à n'être que la dernière de sa Dynastie.


An 1300 après Jésus-Christ ; de nombreuses années passèrent et Tiān Lìsī errait toujours sans réel but. Les paroles de Hēi Lóng ne cessait de résonner et de ce répercuter à chaque écho de son corps : « Nous serons ensemble pour l’éternité. », désormais elle était seule pour l'éternité.


An 1401 après Jésus-Christ ; Tiān Lìsī abandonna son nom origine pour se faire baptiser « Lilium ». Elle expérimenta également les plaisirs de la vie, tentant vainement d'oublier ses origines.


An 1483 après Jésus-Christ ; En suivant quelques consœurs, elles lui indiquèrent un endroit différent de la Terre. Qu'avait-elle à perdre ? Plus rien ne la retenait ici. Elle s'engouffra donc dans le portail menant à Erèbe... espérant mettre un terme à sa souffrance...




Votre âge :

Dix-neufs petites années.

Expérience du RP :

Je dirais correcte.

Vous engagez-vous à respecter le règlement ?

Cela va de sois.


Une remarque, une question, une suggestion ?

Je m'excuse pour mon manque d'imagination quant à cette histoire totalement banale ! Et également pour les fautes de passage. ~ Ce sera tout - je crois.




© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rang : Maître du Jeu
Messages : 385
Maître du Jeu
Erèbe

Dim 5 Fév 2017 - 14:22









Félicitations tu es validé !

Tu peux dès à présent rechercher un RP.
Cette fiche reste ouverte à l'édition si tu éprouves le besoin d'ajouter des choses.
Les Trois Royaumes t'ouvrent leurs portes et nous te souhaitons une longue nuit de plaisirs, d'aventures et de débauches...

Bienvenue sur Erèbe !












Croque-nous, si tu peux...
Revenir en haut Aller en bas
http://erebe.nightforum.com
avatar
Féminin
Métier : /
Localisation : Le Creuset
Rang : Esclave
Messages : 476
Esclave
Eylin

Dim 5 Fév 2017 - 15:37
Bienvenue à toi :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 17
Lilium

Lun 6 Fév 2017 - 18:19
Merci !

(Bel et bien) Terminée à 100% cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

[Vampire] La vengeance n'est jamais un sentiment assouvit. -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Vampire ne meurt jamais...
» On ne sait jamais à quoi s'attendre venant de moi ☮ with Ethan
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives d'Erèbe :: Le Livre des Noms :: Registre des Habitants-
Ouvrir la Chatbox