[Vampyr] Elzéar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Masculin
Métier : Dresseur d’esclaves
Localisation : La Citadelle
Rang : Maître
Messages : 149
Maître
Elzéar

Dim 15 Mar 2015 - 14:37



Elzéar d’Hauteclaire







Informations générales

Prénom : Elzéar.
Nom : d’Hauteclaire.
Race : Vampyr.
Sexe : Masculin.
Âge : 524 ans.
Rang : Maître.
Métier : Dresseur d’esclaves.
Préférences sexuelles : Hétérosexuel.

 


Physique

Taille : 1m75.
Poids : 65 kgs.
Couleur des yeux : Bleu-gris.
Couleur des cheveux : Blond.

Description : C’est sans doute ton regard figé, d’une couleur de glace, ou de métal froid, que l’on remarque en premier lieu chez toi. Dénué de vie, l’on comprend aisément lorsqu’on se plonge dedans, qu’aucune âme ne semble jamais avoir habitée ce corps. Incisif, accusateur, haineux même, ce regard qui est tien, demeure un outil dont tu uses et abuses pour provoquer malaise et gêne chez tes interlocuteurs. Et si quelqu’un pense croire qu’il lui sera possible de te faire baisser ce regard, ou le détourner, alors, tu sauras lui enseigner la désillusion, le regret. Ton visage lui, est agréable dans ses traits, fins, élégants, délicats. Et pourtant, il se dégage de celui-ci, de ton être en général, une aura malfaisante, une violence qui semble chercher à s’échapper de toi en permanence, en chacun des gestes que tu fais. On lit en toi, sur toi, colère, vanité, arrogance, perversité, cruauté, violence. Autant de qualificatifs qui reflètent parfaitement celui que tu es. Une beauté froide, figée, celle d’une glace mordante, que rien n’arrête. Tes cheveux, pourtant, sont d’un blond aussi doré d’un soleil, tirant néanmoins quelque peu, parfois, selon la luminosité, sur un blanc aussi pâle qu’une lune pleine. Encore une fois, il faut là, la dualité qui s’exprime sans cesse en toi. Une douceur dans les traits de ton visage, dans cette silhouette élancée qu’est ton corps, mais aussi cette violence, cette furie que tu sembles cacher en toi…

Tu n’es pas permis les plus grands vampyrs, mais tu n’as pas besoin de jouir d’une relative grande taille pour impressionner, ni même d’une musculature affichée, osée, ou bien encore un poids certains, qui pourrait t’assurer certainement une forte apparence. Toi, tu préfères jouer de la surprise, de ton charisme, de ton aura démoniaque. Ta force est celle des vampyrs après tout. Elle ne réside pas dans ce qui est ton corps, ton physique, tes muscles. Dans le monde des hommes, on pourrait te qualifier de gentleman, de dandy en te voyant, mais, une fois encore, ce serait là une grossière erreur, à ne pas commettre. Beaucoup ont été troublé et se sont perdus en essayant de te juger sur ton apparence. Il est vrai que tu aimes prendre soin de toi, de ton apparence, de ton image. Tu l’entretiens, mais pas par vanité, plutôt comme un outil, très utile lorsque tu te plais à aller visiter les mondes des hommes, flirtant avec de jeunes et jolies filles bien innocentes, naïves, insouciantes et inconscientes du Mal que tu es. Ta bouche est d’ailleurs sensuelle. Tes lèvres sont une invitation à de doux mais aussi parfois, endiablés baisers…

Nous le disions plus haut, mais ta silhouette est celle d’un jeune homme, dans la fleur de l’âge, qui aurait cristallisé pour l’éternité, cette jeunesse qui jamais ne t’abandonnera. Combien voudraient être à ta place ? On ne dénote aucune cicatrice, aucune marque sur ta peau froide, glacée et pourtant si satinée, douce. Si tu te promènes torse nu, l’on peut découvrir quelques abdominaux, légèrement marqué, dessiné. Pour le style vestimentaire, il est vrai que l’on te voit souvent habillé de pantalons de cuir, de chemises blanches, larges, ou noires, selon ton humeur du moment. Un style emprunté à la mode des humains. Pas de tatouages, ni de piercings. Tu ne souhaites aucunement abîmer cette peau, ce corps. Tes ongles eux, semblent être des griffes, plus longs que ceux d’un homme ordinaire et plus tranchants, pointus. Souvent, tu portes des chevalières, bagues. Tu apprécies te parer de bijoux, de décorations ostensibles, de médailles et autres pendentifs. D’ailleurs, à ce sujet, il est à noter que tu aimes également colorer le contour de tes yeux de rouge, renforçant ainsi ton regard cristallin, vide de vie. Une fantaisie que l’on a accepté et assimilé depuis bien longtemps à ton image, ta personne.

Une chose demeure certaine. Lorsque l’on te voit, pour la première fois, tu ne laisses jamais personne indifférent. L’on aime ton apparence, ta personne, ton image, ou on la déteste. C’est ainsi. Même chez les autres, tu bouscules la neutralité, tu forces l’autre à choisir et finalement, c’est bien là ce que tu recherches. Entrer chez l’autre et ne plus en partir.
 

Mental

Trois qualités : Observateur - Patient - Minutieux.
Trois défauts : Coléreux - Sadique - Manipulateur.

Description : Le premier trait qui sert à te qualifier est sûrement arrogant. Une arrogance à toutes épreuves et qui souvent, t’a mené en des situations conflictuelles. Tu es ainsi, on ne te changera pas. Tu aimes dire tout haut ce que les autres pensent tout bas, provoquer et pousser à la révolte, à la colère ton interlocuteur. L’on dit de toi d’ailleurs, à ce sujet, que tu es particulièrement doué pour piquer, presser, appuyer là où ça fait mal. Observateur, patient, tu es comme le loup solitaire, qui prend son temps pour longuement étudier sa proie, ses habitudes, ses forces et faiblesses avant de passer à l’attaque. C’est toi et toi seul qui décide du bon moment pour cela. Celui qui pense pouvoir te faire perdre tes moyens, ton self-control n’est pas encore né. Plus l’on te pousse à sortir de tes gonds, exploser en une colère destructrice et plus tu te fais un malin plaisir de résister, d’aller dans le sens contraire de l’autre. Et pourtant, on le sait comme tout le monde ici : Tu es un coléreux. Fougueux, intransigeant, sévère, stricte, tout avec toi doit être parfait. Tu n’admets pas l’erreur, ni l’échec. Avec les autres comme avec toi-même d’ailleurs. Il est important de le souligner je crois.

Tu jouis d’une éducation certaine, fais preuve d’élégance, possède un charisme qui sait charmer, bouleverser et surtout, ne laisse personne indifférent. C’est là, également, un don chez toi. On te dit de très bonne écoute mais tu fais, parait-il, un piètre orateur. En réalité, tu fuis la foule, le monde, comme la peste. Tu es plutôt un solitaire, un taciturne, qui se plait à vivre dans son coin, à l’abri de l’influence des autres. Toi, tu as tes propres idées, conceptions de la vie que tu mènes. Tu ne supportes pas que l’on vienne te juger, juger tes valeurs, ta morale, tes choix. D’ailleurs, tu ne rends de compte à personne. Malgré tout, l’on te dit très loyale, lorsque tu décides d’accorder ton allégeance. Chez toi, les serments sont sacrés. S’y dérober est une offense qui se doit d’être sévèrement punie. Plus que le meurtre ou le viol. Tu fais preuve le plus souvent d’un calme certains, d’un contrôle absolu sur tes émotions. Mais voilà, tu es à l’image d’un volcan, capable de demeurer longuement endormi, paisible, avant d’exploser soudainement, en une éruption de colère et de violence soudaine et inouïe. Gare donc à ce calme trompeur, qui en a surpris plus d’un…

Raffiné, élégant, on pourrait presque te croire romantique, si l’on devait te juger uniquement sur ton apparence. Ce serait là, une fois encore, une grossière erreur. Tu es un épicurien, un hédoniste dans l’âme. Tu aimes à profiter de tous les plaisirs qu’offre ton immortalité et tu ne t’en prives jamais. Peu importe les conséquences. Ce que tu le souhaites, tu le prends. Tu ne demandes pas. L’autorité naturelle dont tu fais preuve, au quotidien, provient de cette assurance incroyable que tu as en toi. Tu crois en toi, en tes capacités, en tes dons, ta force, ta personne. Et attention, ce n’est en rien de la vanité. Tu connais tes limites, sais ce que tu vaux, point. Loin d’être bagarreur, tu préfères les joutes verbales, les débats enflammés. Cultivé, tu es un vampyr qui aime à apprendre, toujours plus en cette boulimie de connaissances. Ainsi, tu pourrais parler des heures durant d’un sujet qui te passionne, si seulement tu ne fuyais pas le monde ou que tu ne cherchais pas à chasser tous ceux qui arrivent à t’accepter et qui t’entourent. Tu possèdes une verve incroyable donc, mais sais manier tout aussi bien le mensonge. En réalité, tu es un vil manipulateur et tu prends un grand plaisir à te jouer de ton monde.

Tu dédaignes les autres races, surtout les lycans et pire encore les humains. Eux ne sont, à tes yeux, que de vulgaires proies sans intérêt. Tes relations avec les autres vampyrs sont souvent tendues. Tu détestes qu’on te marche sur les pieds, ou que l’on vienne t’importuner pour un oui ou pour un non. Pour cela, tu préfères la solitude, l’isolement. Quant aux humaines qui viendraient à tomber entre tes griffes, il faudrait leur souhaiter une mort rapide, bien plus préférable que les châtiments que tu leur réserves. On te sait sadique, imaginatif dans l’art de la torture. Tu n’hésites pas à violer, violenter, faire souffrir. Tu es ainsi…




Mon histoire

Le nom de ta famille, de ton clan, se perd dans le fond des âges, à l’image de nombreuses autres familles ici. Les luttes de pouvoir incessantes propulsent de temps à autre, un nom, un clan sur le devant de la scène et qui devient pour un temps, plus ou moins long, le centre de toutes les attentions. Ta famille a eu son heure de gloire, mais n’a pas sur la conserver comme elle l’aurait dû. Aveux de faiblesse ? Trahison ? Conspiration ? Ici, tout est bon pour faire tomber l’autre, lui prendre sa place mais surtout, l’écraser. Seuls les plus forts méritent les plus hautes places. Les faibles eux, rampent et se taisent. Tu as grandis en ce monde, gouverné par ces règles, qui s’appliquent finalement à tous en Erèbe, peu importe ce que certains veulent croire, penser…

Tu es Elzéar d’Hauteclaire, fils unique et digne héritier de ton clan, aujourd’hui sur le point de disparaître. Enfant terrible, tu n’as jamais éprouvé l’envie, ni le désir de redorer le blason de ta famille. Dès ton plus jeune âge, une seule chose comptait pour toi : Toi et toi seul. Ta personne, tes envies, ton bien-être. Le reste passait longtemps après et quand uniquement tu dédaignais y consacrer un peu de ton attention, de ton énergie. Enfant terrible, insubordonné, rebelle et solitaire. Jamais tu n’as été de ceux à se battre avec les autres pour se faire une place. Tu trouvais déjà cela si stupide, puéril. Toi, tu préfères l’approche en douceur, furtive. Tu es souvent là où on t’attend le moins. Les intrigues de la cour ? Très peu pour toi, tu ne brigues aucun rang élevé, aucune fonction particulière. Tu es un maître en l’art de la patience. Tu préfères patienter, attendre le moment propice. Car, toi, tu sais que plus hauts certains montent, plus dur et violente est ensuite la chute. Tu seras là pour terminer de briser, ceux qui tombent de leur piédestal…

De ton enfance, il n’y a guère d’éléments intéressants à relever. Si tu étais turbulent, tu as su néanmoins te cultiver, apprendre les arts essentiels pour ne pas demeurer un profond débile durant toute ton immortalité. Le goût de l’apprentissage néanmoins t’est venu bien plus tard, beaucoup plus tard. Tu as eu ta période de conflit intérieur, mais aussi avec ton père, que tu n’as jamais respecté. Ta mère, tu ne saurais en parler. Tu ne te souviens pas d’elle et jamais tu n’as pas abordé le sujet avec ton paternel. Peut-être cette frustration intérieure vient de là ? Tu ne saurais le dire. Lorsque tu fus en âge de traverser le portail vers le monde des humains, situé dans la Citadelle, tu as découvert un autre monde, bien plus plaisant et amusant que ton environnement au quotidien. C’est là-bas, finalement, que tu as su te développer, mûrir, apprendre, t’épanouir surtout…

On t’a connu là-bas, comme un noble héritier, un gentleman. Tu as découvert l’art de la séduction et a pu tester tes dons innés pour la manipulation, le mensonge. Il t’était si facile de te jouer des humains. Doté d’un appétit certain, autant pour le sang que pour le sexe, tu t’es taillé rapidement une réputation de libertin, d’épicurien, d’hédoniste, cumulant les conquêtes, les amantes, mais aussi laissant sur ton passage, un flot de cadavres ininterrompus. Il a fallu l’intervention de ton père, pour qu’il te ramène à la raison et t’oblige à rentrer au manoir familial. Tu étais devenu ivre de puissance, de pouvoir, ne savais plus où était la réalité et tu semblais t’enfoncer chaque nuit un peu plus dans la folie. Bientôt, si tu avais continué ainsi, tu aurais définitivement attiré l’attention sur toi et ces humains auraient fini, peut-être, par avoir ta peau. Tu fus longuement retenu en la demeure de ton clan, contraint et forcé. C’est là que tu t’es découvert cette soif de connaissance et que tu as plongé corps et bien dans les livres, les parchemins, l’étude de nombreuses sciences…

Mais les relations entre toi et ton père étaient toujours plus tendues, violentes. Tu ne savais plus t’exprimer qu’à grand renfort de piques, de blessantes paroles. Ton père finit par te chasser et tu t’installas dans ton propre manoir, entouré de livres, de parchemins. Enfant terrible du clan Hauteclaire. Des siècles passèrent avant que tu ne t’estimes de nouveau, apte à retourner dans le monde des humains. Naturellement, tu t’y fis rapidement, à nouveau, une réputation certaine. Tu expérimentas la violence, la domination sur les jeunes naïves tombées entre tes mains. Ce besoin de diriger, de commander, de tout maîtriser, fit de toi, un monstre d’égoïsme, mais aussi de sévérité. Les intrigues de la cour en Erèbe ne t’intéressèrent jamais. Tu n’as jamais cherché à te rapprocher des princes et autres dirigeants, vampyrs influents, comme tu n’as jamais voulu trahir, ou conclure des pactes quelconques avec les lycans par exemple. Tu les négliges assez de toute façon, pour te forcer à les éviter. Ton manoir est devenu progressivement un lieu de perdition. Entre tes allées et venues dans le monde des humains, tu as su t’entourer d’esclaves, à ton service et tu continues, malgré les âges, à vivre ainsi, selon tes propres envies, ton propre plaisir. Perdu sur le chemin de l’égoïsme le plus profond, tout en t’assagissant quelque peu néanmoins, tu es devenu, presque malgré toi, dresseur d’esclaves. Quelle autre fonction pour toi après tout ? C’est là désormais ce qui te permet t’exercer au mieux ton art. Et si tu n’œuvres pas spécialement et uniquement pour les maîtres d’Erèbe, de la Citadelle, tu n’en demeures pas moins, un loyal vampyr.  


Derrière l'écran

Quel âge avez-vous ? Majeur.
Vous engagez-vous à respecter le règlement ? Oui naturellement.
Quelle expérience avez-vous du role-play ? J’ai plusieurs années d’expérience derrière moi.
Une remarque, une question, une suggestion ? Je crains que la liste des prédéfinis disponibles ne soit pas à jour.
 



© By A-Lice sur Never-Utopia


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Métier : Prince Vampyr, Guerrier, Général des armées, Conseiller du Roi
Localisation : la Citadelle
Rang : Maître
Messages : 203
Maître
Azazel

Dim 15 Mar 2015 - 16:12
Officiellement Bienvenue sur le fofo :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rang : Maître du Jeu
Messages : 389
Maître du Jeu
Erèbe

Dim 15 Mar 2015 - 19:34










Félicitations tu es validé !

Tu peux dès à présent faire ta demande de maître ou d'esclave, rechercher un RP ou déposer une demande d'habitation.
Les Trois Royaumes t'ouvrent leurs portes et nous te souhaitons une longue nuit de plaisirs, d'aventures et de débauches...
Bienvenue sur Erèbe !









Revenir en haut Aller en bas
http://erebe.nightforum.com
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

[Vampyr] Elzéar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Elzéar BLAZE
» Vladya, 18 ans. Vampyr omoisienne.
» Nikky - Chef des Brigades Noires ~ FINI o/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives d'Erèbe :: Le Livre des Noms :: Les Oubliés-
Ouvrir la Chatbox