[Lycan] Héra Thereüs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : Joaillier
Localisation : Le Repaire
Rang : Esclave
Messages : 59
Héra

Mer 31 Aoû 2016 - 3:11





Héra Thereüs





Informations générales

Prénom : Héra
Nom : Thereüs
Race : Lycan
Sexe : Femelle
Âge : 29 ans (En apparence)
Rang : Esclave
Métier : Joaillier
Préférences sexuelles : Bisexuelle-Masochiste



Physique

Taille : 1m59
Poids : 55 kilos
Couleur des yeux : Azur
Couleur des cheveux : Violine

Description : Ce qu'on remarque en premier sur le visage d'Héra se sont ses yeux. De grandes billes claires, bien ouvertes sur le monde, entourées de longs cils noir et épais. Une couleur pâle qui s'accorde parfaitement avec le teint laiteux de sa peau. Une peau lisse et mis en valeur par cette fine bouche rosé à l'apparence si fragile. Son visage est délicat comme celui d'une enfant passant à peine à l'âge adulte, cet air toujours innocent qui pourrait faire faillir un tyran. Une courbe de menton arrondit qui accentue son air ingénu, et une nuque bien droite qui dresse sa tête fièrement. Une allure très droite et presque ducale. Elle se prend parfois pour une personne de la noblesse, dans ses gestes délicats et raffinés. Ce qu'on pourrait aussi noter ce sont ses oreilles, légèrement décollés de son crâne et qu'elle cache avec sa longue chevelure. Une masse de cheveux ondulés qui lui arrive au début de ses reins et qui reflètent de belles couleurs violettes et bleutés. Son corps n'est pas des plus attrayant quand à lui, aussi chétif que sa petite taille, elle arbore pourtant une poitrine assez voluptueuse qu'elle aime mettre en valeur. Ses petites fesses rebondis aussi fermes que deux petites pommes encore vertes. Ce dont elle est la plus fière ce sont de ses multiples tatouages, symbole de son esprit torturé et avide de plaisir. Mis à part des bras et son visage elle en est complètement couvertes, ces même tatouages qui cachent les nombreuses cicatrices lui rappelant son statut d'esclave. Héra reste cependant très coquette, de par son métier et par gout, elle se vêtit souvent de très belles robes de soies et de bijoux luxueux, souvent offert par des clients ou des hommes suffisamment riche pour que son maitre la prête lors d'un important achat. De belles parure, de beaux vêtements et de beaux bijoux, elle n'en demande pas plus, le reste n'est que superflue. Son hygiène de vie quand à lui n'est pas des plus irréprochable, n'aimant pas l'alcool, Héra se rabat alors sur des produits peu recommandables en échange de son corps. Etre libre, tout en ayant le pouvoir.



Mental

Trois qualités : Ambitieuse--Exigeante-Franche
Trois défauts : Destructrice-Féroce-Manipulatrice

Description :Héra a plusieurs facettes. Sa personnalité se découpe en fonction de qui elle côtoie. C'est une anguille qui aime que l'on soit d'accord avec elle et qui fera tout pour arriver à ses fins. Soucieuse de ce que pense les autres de sa personne, elle souhaite être désiré et aimé par les autres. Pas si docile qu'elle le laisse paraitre, elle aime avant tout la douleur. Qu'elle soit mentale ou physique, ce sentiment lui procure une réelle sensation de plénitude. Masochiste convaincue, le fait qu'elle soit devenue esclave ne la dérange pas, bien au contraire. Aimant la violence et les conflits, elle aime pousser les autres dans leurs derniers retranchements. Joueuse mais pas prêteuse, elle ne se laissera pas facilement dépasser. Elle veut briller et tout obstacle à sa réussite se verra écarté par n'importe quel moyen. Très bonne locutrice, elle sait captiver son auditoire dans n'importe qu'elle situation. Ce talent lui permet de briller autant dans son métier qu'en société. Dépendante de son maitre, elle est trop volage pour s'assumer seule, peut-être par manque de maturité. Certaines de ses réactions sont assez imprévisible, dans ses colères ou même dans ses joies, elle en devient totalement changeante et lunatique. Alors qu'elle détesté se transformer en loup, elle réfute totalement l'animal qui est en elle, le jugeant de dégradant comparé à sa grâce et à son élégance. Très imbue de sa personne, elle n'en reste pas moins assez cruelle. Sans pitié aucune et sans aucune empathie, le mot amour pour elle n'est qu'un lointain souvenir. Aimer est une faiblesse qu'elle ne veut pas se permettre et elle compte bien monter dans cette société, toujours au crochet de quelqu'un bien entendu. Eternelle insoumise, c'est assez un réel plaisir qu'elle se rebelle contre ses maitres. Certainement pour avoir plus de coups, ou plus d'emprise sur eux. Ce qui est sur c'est qu'elle reste un mystère pour ceux qui ont voulu la connaître, elle qui n'ouvre jamais son cœur. Mais dont la plus grande peur est de se retrouver seule.




Mon histoire


Si seulement tu avais pu naitre avant…


Lorsque la Lune veille sur Erèbe, on se dit alors qu'elle veille sur nous. Des nuits perdues dans les fils de notre temps. Nous les tissons sans jamais les délier. C’est comme ça que tu es née. Une belle naissance. Un être venant polluer un peu plus le cœur des Hommes. Sur un continent oublié alors de tous. Le Repère. Un continent que personne ne voulait plus fouler. Les ombres étaient venues hantaient le champ des esclaves. Quelles étaient ces gloires dont on ne se souvenait plus ? Les guerriers, les croyants, les manants qui avaient pu fouler ce sol ne se souvenaient de rien. L’’Histoire de ton peuple. L’Histoire qui coule dans tes veines, un torrent de passé. L'Histoire des Lycan. L’avenir de cette race ne serait qu’à écrire, avec des tache de sang. Avec des larmes encore tant salées.

De deux âmes unis, celles de tes parents. Tu n’avais pas encore poussé un seul souffle, pourtant ils t’aimaient déjà. Ils le sentaient au plus profond de leurs entrailles. Tu étais le soleil qui se lève sur leur terre. Tu avais un regard qui attesté de ton innocence. Sur un continent qui ne connaissait pas de repos. Tu étais la surprise de leur vie, leur bonheur ultime. Puis tu te mis à pleurer. Ton père posa alors un doux baiser sur ton front, signe de son approbation à ton existence.

-Tu es ma merveille… Héra.

Sa voix se cassa dans tes cris. Tu venais de naitre. Prête à affronter une vie. Ta vie contre la lune qui frapperait encore Erèbe.

Si seulement tu avais pu apprendre encore…


Les pluies. Les vents. Les tempêtes. Le temps. Les années défilèrent alors que tu grandissais. Tu étais l’ange aux yeux bleu. Vivante parmi l'un des peuples les plus sauvages. Les Lycans. Tu apprenais les jeux à travers la foret du domaine de tes parents. Ils avaient décidé de vivre en autarcie, en marge des autres meutes. Tu ne manquais de rien. Même pas d’amour. Tout le monde aurait pu t’envier ton bonheur. Tu étais émerveillée alors par chaque vie qui t’entourait. L’air sentait bon, l’herbe humide de la rosée du matin. Tu vivais dans un endroit reculé. Loin de l’influence néfaste des autres. Seuls. Tes parents étaient de nobles fermiers. Ton père avait échappé à la corruption grandissante des clans. Ce monde était le tiens et rien ne semblait pouvoir le détruire. Tes rires, tes joies étaient sans limites. Comme si le bonheur avait élu domicile au creux de ton cœur, encore bien jeune.

Tu étais assise devant cet immense lune qui t’avais vu naitre. Etait-il trop tard ? Etait-il trop tôt ? Ton visage baigné dans une pale lumière. Tes yeux scrutés l’horizon, cette interminable étendue verte. Le berceau de l'obscurité.

-Que regardes-tu ?

Ton père posa alors sa main sur ton épaule. Son sourire se croisa au tiens. Paisible comme à son habitude. Tu l’admirais. Ta petite voix d’enfant s’éleva alors dans l’air.

-Je regarde ce qui est beau…

-Rien n’est plus beau que ton sourire.

Il te pinça la joue et te ramena vers lui avec amour. Tu entendis son cœur.

-Un jour viendra, ou tu devras franchir cette immensité pour vivre ta propre vie.

-Je veux jamais partir, papa…

-Il le faudra pourtant un jour…

Il t’embrassa sur le front. Comme le jour de ta naissance. Tu étais son bien le plus précieux. Mais il savait dès lors que tout ne se passerait pas comme tu le souhaiterais.

Si seulement tu m’avais écouté…


-Je refuse !

Ta voix claqua dans l’air. Tu avais violement frapper du poing sur la table. Ton père se tenait alors devant toi sur sa chaise. Il avait ce regard distant que tu n’avais jamais vu. Son air presque froid te serra la gorge.

-Ecoute-moi, Héra. Ta mère est moi ne pouvons plus vivre... Surtout avec l'arrivé de ton petit frère... Il faut que tu partes... L'argent que nous récolterons nous permettra de te racheter par la suite...

-Je viens de vous dire non !

Tu crias plus fort pour tenter de ne pas entendre les mots de ton père. Il t’avait tout appris. A lire. A écrire. A aimer. Aujourd’hui il n’était qu’un simple tyran qui t’imposer ses choix. Tu avais envie de pleurer, ton cœur voulait déchirer ta poitrine. Tu te sentais si seule face à ton propre père, comme si toutes ses années n’avaient servi qu’à une chose : t’élever pour te vendre. Toi qui connaissais si peu le monde extérieur. Tu avais lu des histoires d’amour, ta vie tu ne la voyais pas ainsi, tu ne te voyais pas esclave. Pas prête à obéir à qui que ce soit pour une simple bourse. Ton regard noir ne lâchait pas ceux de ton père.

Il reprit d’une voix plus calme en posa sa main sur le bureau.

-Je ne te demande pas ton accord. Depuis le jour de ta naissance, je t’ai aimé. Je t’ai appris tout ce que tu avais à apprendre. Tu es ma fille, mais comprends bien que ta condition ne te permet pas de reprendre le domaine. Ton frère prendra ma place lors de ma mort, et pour consolider l’alliance avec nos voisins cette vente est une nécessité.

Sa voix glaciale semblait presque irréelle, tu ne le reconnaissais pas. Tu déglutis difficilement. Avant de continuer à protester.

-Je ne le connais même pas, je ne sais pas qui est ce…

-Thorolf Gunnar.

-Déjà ce nom ne m’inspire pas confiance, mais…

-Pas de mais, c’est ainsi. La vente aura lieu dans une semaine.

Si seulement tu avais pu être plus docile…


Les terres de ton ‘maitre’ n’étaient pas aussi vertes que celle de ta famille. Quelle famille ? Tu étais maintenant seule. Tu avais chevauché au côté d’une bande de bandits. D'une bande de Lycan sombrement sauvage. Ce ‘clan’ qui semblait plus être des malfrats qu’autre chose. Thorolf lui était certainement l’homme le plus laid que tu avais croisé de ta vie. Très grand. Trop grand. Une figure balafrée. Des dents jaunes. Une longue cicatrice lui barrait le visage. Le Lycan par excellence. Sans aucune grâce, se rapprochant plus du porc que de l’homme. Tu le regardais avec dégout. La vente n’avait pas été encore consommé et tu aurais préféré mourir durant le voyage.

-Votre voyage se passe bien ?

Une voix caverneuse te tira de tes pensées. Il était à côté. Sur son immense cheval noir. Tu étais un misérable insecte face à cette montagne. Pourtant tu levas le menton en regardant droit devant toi. Ne daignant pas répondre à cet homme. Le colosse émit alors un petit rictus.

-Vous vous prenez peut-être pour une princesse, pour ne pas me répondre. Vous n’avez pas lâché un seul mot depuis que nous sommes partis. Ma compagnie vous déplait-elle à ce point ?

Tu le fusillas alors du regard.

-Je m’en serai bien passé en effet.

-Pourtant aujourd’hui vous êtes ma propriété, alors si vous voulez économiser votre salive jusqu’à la fin de nos vies, grand bien vous fasse. Mais le temps va vous sembler bien long, comtesse.

Si seulement tu avais fermé ton cœur…

Les premières années furent difficiles. Tu avais eu du mal à t’adapter à cette vie. Thorolf était pourtant loin d’être ce monstre que tu t’étais inventé. Il était au contraire l’inverse de l’ogre dans tes rêves. Il n’avait pas de suite consommer la vente, il t’avait laisser t’adapter à la vie entre les siens. Tu te demandais parfois s'il ne te prenait pas pour plus qu'une simple esclave... D'ailleurs tu étais la seule à avoir ce titre. Tu étais son 'unique' comme il aimais à dire. C’était un petit clan, assez primaire mais des plus sauvage. Ils vivaient en terrassant les autres villages aux alentours. Pourtant tu avais éveillé en leur chef une douceur qu’il ne connaissait pas lui-même. Tu étais plus que son esclave et au fur et à mesure des jours ses airs abruptes te séduisirent. Tu le regardais avec amour. De l’amour. Tu l’aimais. Il devenait chaque jour l’homme que tu avais attendu depuis ta plus tendre enfance. Ses airs sauvages commencèrent à te faire vaciller. Un coté plus sombres de toi s’éveilla, sans que tu ne t’en rendes vraiment compte.

Tu commençais à tolérer les tortures que pratiquaient le clan. Les cris des prisonniers étaient devenus mélodie à tes oreilles. Et lorsque tu mangeas ton premier humain c’est avec la plus grande excitation que tu te baignas dans son sang, avec Thorolf. Tes besoins charnels devinrent plus violents. Il était alors là pour y subvenir. L’enfant que tu étais, était alors totalement partis. Le clan t’accepta alors entièrement.

Tu plongeais dans une parcelle de ton âme aussi sombre que la nuit, tu avais laissé la lune se coucher pour naitre plus forte. Dans les bras de Thorolf.

Si seulement tu t’étais arrêté ici…

-Apprends-moi à tuer.

Thorolf cracha alors la gorgée de vin qu’il avait amené à sa bouche.

-La princesse veut tuer ?

Tu lui souris en lui caressant le torse.

-Je ne veux pas simplement apprendre à tuer. Je veux apprendre à être comme toi. La mort est notre offrande à notre meute. Je veux que mon offrande soit encore plus forte. Je veux que la mort devienne un art.

Thorolf t’attrapa alors par les cheveux en t’embrassant avec fougue.

-La princesse devient-elle plus cruelle que moi ?

Tu lui souris de plus belle, en lui mordant la lèvre.

-Le temps nous le dira.

Tu te tus un instant avant de poser ta tête sur son épaule. Un murmure. Une promesse.

-Je t’aime…

Les mois qui suivirent furent ceux de ton apprentissage. Tu appris à combattre avec ferveur. Tu appris à torturer avec minutie. Tu naissais encore plus forte qu’avant. Les jours qui passaient te forgeaient férocement. Tu étais prête à mourir pour lui. Pour ton clan. Pour ceux qui t’apprenaient l’art de la guerre. Les carnassiers. La torture mentale. Tu te perfectionnais. Tu voulais être aussi forte que lui.

Si seulement tu avais pu rester dans le noir…

-Tu ne peux pas partir…

-Ce ne sera pas long, je te promets.

Tu le serras fort contre toi. Si tu avais pu savoir que c’était la dernière fois que tu le voyais. Tu l’avais laissé partir. Tu étais sure qu’il reviendrait comme à chaque fois. Pourtant lorsqu’il posa un baiser sur ton front, comme le fit ton père tu versas une larme.

Ce n’est que quelque jour après que la nouvelle arriva. Le grand Thorolf Gunnar était mort. Son corps n’avait pas été retrouvé et ses hommes te présentèrent son collier de dents. Tu ne voulais pas y croire. Tu ne pouvais pas t’y résoudra. C’est alors que tu décidas de partir. Seule. Le clan serait entre les mains du frère de Thorolf. Il fallait que tu le retrouves. Pour ton propre bien. Parce que ton cœur se refermerait à tout jamais. Tu fis tes adieux et parti sur la route.

Si seulement tu avais pu refuser…

Ton voyage semblait long. Les chances de le retrouver s’amoindrissaient d’heure en heure. C’est alors que tu te trouvais dans une auberge. Dans tes pensées comme à ton habitude. Les jours en solitaires ne t’avaient pas rendu plus sociable qu’avant. Tu étais devenue plus sauvage, plus méfiante et plus agressive qu’avant. Tu pris une gorgée de vin en pensant encore à Thorolf.

-Hé toi !

Tu levas alors lentement les yeux en direction de l’ivrogne qui te pointait du doigt. Tu le fixais alors qu’il tentait de tituber vers toi. Il posa son coude sur la table en frôlant de tomber. Il puait l’alcool à dix pieds. Sa voix titubait autant que lui.

-Tu veux faire un tour avec moi ?

Tu posas te recula doucement, comme pour prendre de l'élan. Tu seras les dents. Ce soir, tu n’avais pas envie de tuer. Mais s’il le cherchait…

-Du calme, mon frère.

Un autre protagoniste se joint à lui en posa sa main sur l’épaule de ce dernier. Tu levas les yeux vers ce nouvel arrivant qui te jeta un sourire en poussant son compare Il fit un geste au tavernier.

-Deux pour moi et madame.

Tu repris place en le scrutant avec méfiance.

-Quel est ton nom ?

-Hér…

Tu hésitas avant de dire ton prénom, devait-il vraiment le savoir ?

-Héra.

Il te tendit alors une main en guise de sympathie. Du moins c’est ce que tu en déduis.

-Thorbjorn, enchanté.

Il posa un baisé sur ta main. Comme si tu étais une Dame. Thor.. Son prénom te serra le cœur avec effroi.

-Que fais-tu dans le coin ?

Tu bus une gorgée, ne sachant pas vraiment pourquoi tu continuais à lui parler. Certainement pour son nom assez familier.

-Je cherche quelqu’un.

Il acquiesça.

-Nous cherchons tous quelque chose…

Tu fronças les sourcils. Cet homme était assez étrange et tu ne savais pas ce qui t’attirait dans ses paroles. Pourtant alors que la nuit défilait, tu ne cessas de parler et lui de même. Les heures s'enchainèrent et c’est lorsqu’il prononça sa dernière phrase que tu décidas de le suivre.

-Quoi que tu cherches, saches que l’avenir ne pourras te donner tout ce que tu désires. En revanche si tu veux faire ta propre histoire, rejoins-moi.

-Ou ça ?

-As-tu déjà vu les pierres précieuses des Mines de Joyau?

Si seulement tu avais pu vivre cette vie...

Thorbjorn te fit alors voyager, ce Mahr avait une certaine forme de délicatesse qui te semblait tout à fait nouvelle. Il était le propriétaire d'une Joaillerie au seins du Creuset, dans l'Abîme. Héra n'était jamais allée aussi loin, l'air chaud lui posait problème. Elle mit un assez long moment pour s'habituer à la chaleur. La Joaillerie l'Opale de feu était assez reconnue sur Erebe pour être toujours pleine et emplit de bijoux de couleurs incroyable.

Héra se sentit de suite à l'aise avec cette univers, et même si Thorbjorn se servait d'elle pour se nourrir et assouvir ses besoin, il n'en restait pas moins des plus respectueux. Loin d'être cruel, il permettait néanmoins à Héra de s'offrir des séances plus violentes, sachant qu'elle aimait souffrir. Cette nouvelle vie était une aubaine pour elle, à la fois bien entretenue, propre et toujours bien vêtue. Héra n'est pas prête de quitter cette joaillerie et la vie luxueuse dont elle se délecte.






Votre âge :

22 ans

Expérience du RP :

Oula... Presque 10 ans

Vous engagez-vous à respecter le règlement ?

En effet


Une remarque, une question, une suggestion ?

Pas pour le moment




© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Maître
Ulv Skog

Mer 31 Aoû 2016 - 9:05
Bienvenue !



Croque-nous, si tu peux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : /
Localisation : Le Creuset
Rang : Esclave
Messages : 479
Esclave
Eylin

Mer 31 Aoû 2016 - 9:18
Bienvenue à toi :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 21
Rang : Esclave
Messages : 4
Dorothea

Mer 31 Aoû 2016 - 11:06
Bienvenue ! Et courage pour finir, l'inspiration va revenir !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 72
Maître
Sojiro Seta

Mer 31 Aoû 2016 - 12:59
Welcome hehe Jolie fiche pour une joli personnage, hâte de voir la suite ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : Joaillier
Localisation : Le Repaire
Rang : Esclave
Messages : 59
Héra

Mer 31 Aoû 2016 - 16:08
Merci à tous pour votre accueil !

Fiche terminée en passant :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rang : Maître du Jeu
Messages : 389
Maître du Jeu
Erèbe

Mer 31 Aoû 2016 - 19:14
Validé

Je te conseille vivement de consulter la liste des actifs et à piocher et contacter directement par MP les personnages qui t'intéressent pour un RP. Car, personne ne regarde les demandes RPs et personne ne viendra te chercher si tu ne vas pas chercher les gens. Ya Artorias et Zerachios et d'autres qui cherchent des RPs, surtout Artorias. (La liste est pas à jour. Je ne met quelqu'un d'actif que quand il a au moins un RP de lancé et qu'il est vraiment actif.)

La plupart des gens qui attendent qu'un RP leur tombe sur le coin du nez repartent comme ils sont venus. Si t'as besoin d'aide pour trouver des gens, n'hésite pas à m'en parler. Si un perso te plait et qu'il répond pas. Je peux toujours lui envoyer un mail. Voilà voilà !

La fiche ne sera pas verrouillée, si tu veux l'éditer plus tard ou qu'on nettoie les réponses, faudra pas hésiter à me le dire.










Félicitations tu es validé !

Tu peux dès à présent rechercher un RP

Les Trois Royaumes t'ouvrent leurs portes et nous te souhaitons une longue nuit de plaisirs, d'aventures et de débauches...

Bienvenue sur Erèbe !












Croque-nous, si tu peux...
Revenir en haut Aller en bas
http://erebe.nightforum.com
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

[Lycan] Héra Thereüs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» La Gazette de Kräal : "Le Lycan déchainé"
» Un grand changement dans la vie de la lycan [PV]
» Lucian Helsing, le premier Lycan
» [Lycan] Jessica Carter, femelle Alpha meute de Soho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives d'Erèbe :: Le Livre des Noms :: Les Oubliés-
Ouvrir la Chatbox