Quand une louve apprivoise son humaine [Fiolua]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 45
Métier : Rebouteuse
Rang : Maîtresse
Messages : 87
Maîtresse
Astria

Lun 18 Jan 2016 - 11:54
Trois nuits avaient passé depuis qu'Astria avait acheté son esclave au marché des Lycans. Elle trouvait d'ailleurs que l'humaine s'en sortait très bien, dans ce monde encore inconnu pour elle. La soigneuse avait récupéré des vieux vêtements à elle et les avait modifiés pour qu'ils aillent à son humaine, en attendant de refaire des courses. Elles avaient de nouveau partager les plaisirs et la louve en avait laissé l'initiative à son familier. Elle voulait qu'elle se sente à l'aise, malgré son statut d'esclave.

La rebouteuse lui avait trouvé quelques travaux légers le temps qu'elle prenne ses marques, changer les draps des lits des malades, ou faire un peu de ménage, par exemple. Astria avait eu des clients, beaucoup, par rapport à d'habitude. La visite à la tanière avait porté plus de résultat que à quoi elle s'attendait. A vrai dire, la louve était un peu fatiguée. Elle n'était pas habituée à recevoir tant de monde en si peu de temps.

Fiolua semblait toujours autant pleine de bonne volonté à s'adapter à sa nouvelle vie et la soigneuse avait bien l'intention d'en faire quelque chose de plus qu'une esclave taillable et corvéable à merci. Si elle montrait des signes d’intérêt et une certaine aisance dans la réalisation, elle ferait d'elle son assistante, et pourquoi pas une sorte de colocataire, quelqu'un avec qui partager... la vie, tout simplement.

Il était donc temps de lui donner un peu plus de responsabilité, comme accueillir les patients, par exemple. Elle allait la lancer dans le grand bain et elle verrait bien comment elle s'en sortait. Si cela fonctionnait, cela aiderait grandement la soigneuse qui aurait ainsi le temps de renouveler son stock de potions et d'onguents qui commençait sérieusement à diminuer.

La lune s'était levée dans le ciel il y avait déjà un petit moment. Elle n'était ni pleine ni noire, ce qui était parfait. Les congénères de la rebouteuse ne seraient ni trop faibles ni trop excités pour le petit test qu'elle voulait lui faire passer.

«Fiolua? Si tu accueillais les clients? Tu leur souhaite la bienvenue et tu les diriges vers ce qui convient. S'ils ont mal au cou ou au bras, une chaise est l'idéal. Pour les jambes et le dos, plutôt la table de massage.»

Justement, comme un fait exprès, quelques minutes après, un raclement de gorge se fit entendre à l'entrée de la grotte. Encore un patient. Et en plus, Astria était justement plongée dans la préparation d'un baume décontractant et ne pouvait pas lâcher sa préparation tout de suite.

«Allez file, ma fille, c'est le baptême du feu pour toi.»

Lui dit elle, avec un doux sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Votre âge : 23
Métier : Ancienne étudiante
Rang : Familier
Messages : 29
Esclave
Fiolua

Dim 24 Jan 2016 - 17:59
"Oh... oui maîtresse Astria ! Je ne vous décevrai pas !"

Fiolua était un peu surprise - et en même temps ravie - qu'Astria la laisse aussi vite en charge de l'accueil des visiteurs venus en ces lieux à la recherche de la médecine de la louve. Elle n'avait d'ailleurs pas plus tôt formulé sa demande qu'un voix rauque raisonna dans l'entrée de la grotte.

C'était un loup mâle vêtu d'un simple pagne et d'une taille peu commune même pour sa race, qui se présentait sous sa forme de lycanthrope bipède. Alors que Fiolua s'avançait en lui souhaitant la bienvenue - un peu maladroitement car l'invité était des plus intimidant pour une petite femme comme elle - son premier réflexe fut de lui grogner dessus, les crocs dehors. Mais aussitôt qu'il remarqua le regard d'Astria, son attitude s'apaisa quelque peu.

"Désolé Astria. J'ai cru un instant... Mais c'est sans importance."

Fiolua déglutit et poursuivit son travail, malgré son cœur qui battait à tout rompre. A dire vrai, elle aurait eu moins peur d'un ours sauvage que de cet étranger. Maîtrisant sa voix, elle fit mine de n'avoir rien remarqué.

"Messire, Dame Astria m'a demandé d'accueillir ses hôtes afin qu'elle même puisse offrir de meilleurs soins. Si vous vouliez bien nous dire ce dont vous souffrez, je me ferai un devoir de vous guider."

Le loup la toisa d'un regard circonspect puis, ayant reçu d'Astria une confirmation que l'esclave n'outrepassait pas ses droits, il se laissa revenir à une forme totalement humaine et se retourna légèrement, afin de désigner ses côtes bleuies.

"Mmmh. Je me suis battu, et j'ai pris quelques coups là. C'est douloureux quand je bouge le bras ou respire un peu trop fort, mais je sais que je n'ai rien de cassé. Il me faut de l'onguent et un massage."

Fiolua acquiesça et le conduisit vers une couche aménagée qui servait à étendre les patients pour les massages. Elle l'invita à s'y allonger sur le ventre, ce qu'il fit en grognant. Aucun autre client n'étant en vu à ce moment, la jeune femme interrogea sa maîtresse du regard pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 45
Métier : Rebouteuse
Rang : Maîtresse
Messages : 87
Maîtresse
Astria

Mer 27 Jan 2016 - 21:05
Le loup qui se présentait était un fier représentant de la race lycane. Fort, impressionnant, et Astria était sure que l'humaine était terrorisée. Heureusement, le visiteur n'outrepassa pas ses droits dès que la soigneuse lui jeta un regard noir, après qu'il ait grogné après son esclave. Il revint alors à sa forme humaine pour s'excuser et expliquer son cas.

Au départ, Fiolua s'en tirait plutôt bien, pour une première fois, polie et douce, mais à la fois prévenante, et la rebouteuse pouvait voir qu'elle faisait des efforts pour sembler à l'aise dans son nouveau rôle. L'humaine avait les épaules et le cou crispé, sous l'effet de la concentration.

C'est ensuite que l'humaine commit une petite erreur, bien compréhensible. Elle écouta le patient plutôt que d'appliquer les recommandations de la rebouteuse. Erreur de débutante. Elle aussi avait écouté les malades, au tout début. Mais la lycane avait vite comprit que, de un, ils n'avaient souvent qu'une vague idée de ce quoi ils souffraient, et deux deux, souvent, ils minimisaient la chose.

Pour ne pas briser cette confiance toute neuve que Fiolua semblait avoir, la louve examina son congénère sur la table. Il avait raison sur un point, il n'avait pas de cotes cassées, mais une était fêlée. Il n'avait pas besoin d'un massage, mais plutôt d'un emplâtre et d'une sorte de corset, pour ne pas qu'il force trop de ce coté là. Une fois repartit, Astria appela l'humaine.

«C'était plutôt bien, pour une première fois. Il y a cependant une chose que tu dois savoir et appliquer. N'écoute jamais les patients. Tu dois uniquement te fier à mes instructions.

Tu n'as pas à t’inquiéter, tu es sous ma protection, et personne ne te touchera sans ma permission.
»

*Ou sans risquer ma colère, en tout cas* L'humaine se roderait. Si elle analysait la chose, c'était plutôt bien, même très bien, en considérant que c'était son baptême du feu. Astria pensait que la fille devait surtout prendre un peu d'assurance, malgré son statut de familier, et que tout irait bien, si elle se fiait à cette première impression.

Peut être même que plus tard, l'humaine pourrait faire les bandages ou appliquer les baumes. Il fallait y aller doucement, pas lui surcharger la tête avec tout un tas d'instructions. Ce n'était pas que la soigneuse la croyait idiote, mais avoir trop d'indications en même temps, c'était le meilleur moyen de se tromper.

Comme il n'y avait plus personne pour le moment, à part elles deux, Astria réfléchit et proposa.

«Tu aimerais aménager un coin de la grotte pour toi? Ton propre coin, où te reposer, avoir tes affaires, ce genre de chose. Tu aimerais?»

Doucement, la main de la louve était venu masser le cou, pour la détendre, après cette première épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Votre âge : 23
Métier : Ancienne étudiante
Rang : Familier
Messages : 29
Esclave
Fiolua

Dim 31 Jan 2016 - 22:52
Fiolua n'avait pas perdu une miette des gestes de sa maîtresse, consciencieuse dans son souci d'apprendre. Lorsque le client fut parti, elle rougit lorsque la louve lui fit une remarque sur les erreurs qu'elle avait commises, mais aussi car la remontrance comportait un compliment. Elle s'empressa d'acquiescer à la consigne, et lorsque Astria lui propose d'aménager son propre recoin dans la grotte, la jeune femme resta bouchée bée.

Tremblante et les yeux humides, elle ne put d'abord que laisser s'échapper une vocalise de surprise et de reconnaissance, avant de submerger sa maîtresse d'un flot ininterrompu de remerciements, lui baisant les mains avec émotion.

Malgré la gentillesse de la louve et sa résolution de prendre les choses comme elles se présentaient, Fiolua regrettait toujours sa vie d'avant. Après tout, même bien traitée, elle ne serait plus jamais une jeune fille libre et épanouie du XXIe siècle terrien. Mais en quelques jours à peine, elle avait commencé à se prendre d'attachement sincère pour Astria, et chaque bonté de la louve renforçait se sentiment, qui commençait à se muer en quelque chose de plus profond.

Elle finit par se calmer un peu, pleurant toujours de joie.

"Oh oui ! Oui j'aimerais ! Merci maîtresse Astria. Vous ne savez pas ce que ça représenterait pour moi ! Mais... cela ne va-t-il pas trop vous déranger ? Et puis il va falloir nécessairement acheter des choses..."

Le bon sens de Fiolua la ramenait vers un état plus réfléchi. Même avec l'autorisation de la louve, elle restait son esclave et était hébergée sous son toit.

"... mais c'est vrai que j'aimerais bien un lit, assez grand pour deux, ajouta-t-elle en insistant du regard pour qu'Astria comprenne qui serait la seconde personne - encore que pour contenter sa maîtresse, elle accepterais n'importe qui, et un petit coffre pour ranger des affaires. Une ou deux tenues violettes, ça suffirait pour me faire plaisir."

Elle marqua un temps d'arrêt, fixant Astria avec reconnaissance et dévotion.

"Et vous maîtresse Astria, puis je faire quelque chose pour vous ? Pour vous remercier d'être si gentille avec moi."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 45
Métier : Rebouteuse
Rang : Maîtresse
Messages : 87
Maîtresse
Astria

Jeu 4 Fév 2016 - 16:26
S'il y avait bien une chose à laquelle ne s'attendait pas Astria, c'était l'enthousiasme dont sa petite esclave fit preuve quand elle lui proposa d’aménager un coin de grotte. En fait, pendant un moment, elle était même presque surexcitée et la soigneuse s'en inquiéta jusqu'à temps que l'humaine revienne à un état un peu moins excessif. Mais Fiolua avait à peine accepté qu'elle s'inquiétait déjà des conséquences que cela pouvaient avoir pour sa maîtresse.

«Si je ne l'ai proposé, c'est que cela ne me dérange pas. Et il y a plein de choses, ici. Les clients me laissent souvent des affaires, que je revends quand j'en ai trop et que je n'en ai pas l'usage. Allons fouiller dans ce qu'il y a dans le fond et voyons voir si nous ne pouvons pas trouver des choses utiles. Il me semble d'ailleurs qu'il y avait un matelas avec des pieds.»

Pourtant, la louve souriait, malgré le sérieux de son discours. Elle aimait la fraîcheur et la spontanéité de cette jeune femme. Sûrement que ce n'était pas son monde. Peut être même regrettait elle ceux qu'elle avait laissé là bas, sur cette terre que la lycane n'avait jamais visité. Un jour, peut être. Dommage que les humains n'avaient pas le droit d'emprunter les portails, enfin, dans ce sens là, sinon, elle l'aurait bien emmené avec elle si un jour elle avait la chance de pouvoir y aller.

Astria essaye aussi de calmer les pleurs de l'esclave comme elle peut. Elle lui caresse les joues et l'embrasse légèrement, tout en continuant de lui masser le dos, pour achever de la détendre. Quand Fiolua fut suffisamment, calmée, elles allèrent tout au fond de la caverne, où la rebouteuse rangeait les affaires dont elle n'avait pas besoin, en attendant d'en avoir assez pour aller les vendre au marché. Sa mémoire n'était pas si mauvaise que ça, il y avait effectivement un matelas et un sommier, qui était pourvu de pieds, pour éviter que le tissu moisisse. Astria le porta jusqu'à l'endroit choisi par l'humaine. Il manquait de draps et de fourrures, mais soit elle pourrait les acheter, soit les chasser.

La chance s'en mêla car il y avait aussi une sorte de meuble malle qui ferait parfaitement l'affaire, ainsi qu'un petit coffret en acajou pour les choses les plus précieuses, par exemple, si la soigneuse trouvait de quoi lui teindre à nouveau ses cheveux.

Spoiler:
 

«Aucune importance, pour les dépenses supplémentaires. Vois tu, je suis assez bien payé, et je vis toute seule. Enfin, je vivais jusqu'à présent, avant de t'avoir toi.

Ca ne sera pas tous les jours facile pour toi, je m'en doute. Tu ne viens pas d'ici. Alors, je veux que tu te sentes aussi bien que possible.
»

Ce qu'elle n'avouait pas à son familier, c'est qu'elle même était peu sociable et que parfois, l'humaine se sentirait peut être un peu seule. Mais pour cela, il aurait fallu qu'elle reconnaisse elle même qu'elle n'aimait pas trop la compagnie. Donc, c'était important qu'elle ait un coin à elle, et qu'elle s'y sente le mieux possible.

Une main revint caresser la nuque de la jeune femme, et Astria lui fit un baiser fugace.

«Seulement si tu as envie», murmura t'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Votre âge : 23
Métier : Ancienne étudiante
Rang : Familier
Messages : 29
Esclave
Fiolua

Dim 7 Fév 2016 - 16:52
Fiolua n'avait pas nécessairement envie de faire l'amour, mais elle voulait faire plaisir à Astria. D'ailleurs, elle se dit que, pour une fois, elle pourrait inverser les rôles - c'était toujours Astria qui la faisait jouir pour se nourrir, mais elle n'avait encore jamais donné de plaisir à sa maîtresse au-delà de quelques caresses timides.

Fiolua rendit son baiser à la louve, tout en faisant glisser sa robe au sol et en se collant à elle. Avec quelques appréhensions, elle fit lentement glisser sa main dans le dos de sa maîtresse, avant de la diriger vers ses hanches et ses cuisses, puis finalement de cajoler l'entrejambe de la louve à travers ses vêtements fins, la libérant finalement de son baiser.

Osant d'avantage alors que la louve ne la rejetait pas, elle immisça ses doigts sous le tissus, parcourant la peau nue d'Astria avec tendresse, irrépressiblement attirée par les formes de cette dernière.

-Maîtresse Astria... si vous le permettez, j'aimerai... enfin... mais si vous souhaitez vous nourrir, j'arrête tout de suite !

Le coeur de Fiolua battait la chamade et ses joues étaient rouges alors que ses doigts effleuraient le pubis de sa maîtresse. Après ces quelques instants de douceur, son envie de remercier Astria s'étaient muée en l'envie de voir le corps de la louve onduler de plaisir.

Le regard fiévreux et les lèvres pincées de désir, sans même qu'elle ne lui ait répondu, Fiolua la poussait imperceptiblement vers ce qui devait être sa couche...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 45
Métier : Rebouteuse
Rang : Maîtresse
Messages : 87
Maîtresse
Astria

Mer 10 Fév 2016 - 13:44
La trouvaille des meubles n'avait pas eu l'air d'enthousiasmer l'humaine. Tant pis, il serait toujours temps de lui en trouver d'autres plus à son goût. Comme elle lui avait dit, la louve se moquait un peu des dépenses supplémentaires que son installation pouvait occasionner. Fiolua était encore timide. Elle aurait à s'affirmer un peu, ou en tout cas, ne pas craindre sa maîtresse.

Ainsi, quand la louve l'embrassa et que son familier lui répondit, Astria ne pouvait pas être certaine que c'était par envie ou bien par crainte. Ou, un peu moins pire, mais qui revenait au même, l'envie de lui faire plaisir. L'humaine aurait pu refuser, elle n'aurait pas eu d'ennuis pour cela. Concernant le plaisir, un lycan pouvait se montrer insatiable, ce qui déroutait beaucoup les nouveaux esclaves.

Les caresses de la petite étaient douces, pas très assurées, mais déjà excitantes. La soigneuse sentit sa respiration s'accélérer un peu. L'initiative timide la faisait sourire. Son sourire s'agrandit quand elle remarqua que les joues de la jeune fille s'empourpraient. Elle l'aurait bien à nouveau embrassé, là, maintenant, mais elle ne voulait pas la couper dans son élan.

La rebouteuse se sentait, doucement mais sûrement repoussée vers sa couche ronde, couverte de fourrures. Elle chuchota à l'oreille de sa partenaire, finissant en lui mordillant tendrement le lobe.

«Il n'y a aucun soucis, je n'ai pas vraiment faim. Et même, je pense que je pourrais aussi me nourrir tout en te laissant l'initiative si j'en avais besoin.»

Elle se laissait gentiment faire, allant même jusqu'à s’alanguir sans difficulté sur le lit. Les petits attouchements de Fiolua l'avait bien émoustillé et elle frémissait de désir rien qu'à imaginer la suite. Elle décida donc d'aider les petites mains de son esclave en retirant sa robe. Alors, seulement à ce moment là, elle l'embrassa, l'attirant avec elle, jusqu'à ce que l'humaine se retrouve couchée sur elle.

Puis, les mains de la louve entreprirent d'enlever les vêtement de l'humaine. Elle la vit frissonner. Peut être avait elle froid. Astria était tout à fait apte à supporter la fraîcheur de la grotte, qui était pour elle, même presque confortable, par rapport à l'extérieur. Et bien, elle n'avait qu'à se mettre sous les fourrures. Tendrement, elle tira quelques peaux, qu'elle jeta par dessus elles.

«Je te laisse faire pour la suite, alors.»
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Votre âge : 23
Métier : Ancienne étudiante
Rang : Familier
Messages : 29
Esclave
Fiolua

Dim 14 Fév 2016 - 0:19
Un frisson délicieux parcourut l'échine de Fiolua alors que sa maîtresse l'encourageait en lui chuchotant à l'oreille, avant d'en mordiller le lobe. La louve se laissa guidée jusqu'à la couche, sur laquelle elle s'étendit avec une charme tout animal, et aida la jeune esclave qui avait quelques difficultés à la déshabiller.

Lorsque le corps dénudé s'offrit tout entier à la vue de l'humaine, celle-ci n'eut gère le temps de le détailler, la louve l'attirant déjà à elle jusqu'à ce que leurs lèvres soient à porter, et l'embrassa. N'interrompant que brièvement son geste, la louve débarrassa Fiolua de ses vêtements en quelques instants.

Astria, voyant les frissons parcourir la chair de la jeune femme, s'empressa de les recouvrir toutes deux des épaisses fourrures qui étaient roulées au fond du lit, avant de laisser explicitement Fiolua décider de la suite des événements.

"Merci, belle maîtresse Astria..."

Fiolua continua à embrasser la louve, insistant d'avantage et osant même faire danser goulument sa langue percée de sa petite perle métallique avec celle d'Astria. Le contact de leurs peaux nues, le roulement de ses petits seins contre la poitrine plus généreuse de la lycane, le frottement de sa toison contre le ventre de sa maîtresse, toute appréhension semblait balayée par un torrent de stimuli la submergeant de désirs irrésistibles.

Fiolua faisait jouer ses doigts délicats le long des flancs de sa maîtresse, saisissant avec envie les fesses galbées lorsqu'elles se présentaient à ses caresses, appuyant toujours plus ses baisers. L'excitation avait déjà conquis ses entrailles et lui brûlait l’entrejambe, dont la fleur commençait à éclore, laissant une douce humidité suinter jusque sur l'abdomen de la louve. Si Astria avait été un mâle, pour sûr qu'elle aurait déjà fait sienne sa verge.

L'immortelle ne pouvait pas s'y tromper, les mouvements presque désordonnés du bassin de sa petite esclave recouvrant peu à peu son propre ventre d'un liquide chaud caractéristique.

Emportée par sa voracité, la petite esclave commença à se détacher des lèvres submergées de salive de la louve pour la baiser et la lécher dans le cou, disparaissant lentement sous les fourrures à mesure que ses attentions se portaient vers les épaule, puis le buste, et enfin les mamelons d'Astria, jouant de son piercing avec adresse pour ériger les petits sommets mammaires.

Elle se redressa après un petit moment, les yeux enflammés de luxure. Ses doigts déjà glissés entre les cuisses de la louve, cherchant à se frayer un chemin, l'esclave ne prononça que deux mots, mais sa maîtresse ne pouvait ignorer le sens de la question sous-entendue alors que Fiolua passait sa langue sur ses lèvres avec appétit.

"Maîtresse Astria ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 45
Métier : Rebouteuse
Rang : Maîtresse
Messages : 87
Maîtresse
Astria

Mar 23 Fév 2016 - 13:58
Les caresses de l'humaine, pleine de douceur et de prudence avait un effet fou sur Astria. Elle avait déjà prit du plaisir avec une femme, une prostituée, une esclave au service de qui payait le propriétaire pour des instants de plaisir et se nourrir. Là, c'était différent. C'était une jeune fille, presque encore une enfant selon les critères lycans, en fait.Et c'était son esclave personnelle, elle n'aurait de compte à rendre qu'à la louve, tant qu'elle se comportait bien en société. Et comme la soigneuse n'était guère sociale, il y avait peu de risque, à part avec les patients, mais elle avait vu un exemple et si les autres fois se passaient comme la première, il n'y aurait aucun problèmes.

Les mouvements de son familier devenait de plus en plus sensuels, excitant encore plus la rebouteuse. Elle commençait à mouiller et à haleter et avait de plus en plus de mal à se retenir de prendre les choses en main. Timide, l'humaine, certes, mais elle prenait de l'assurance assez rapidement, petit à petit. Surtout que ses mains baladeuses étaient dans un endroit tout à fait propice à exciter encore plus la lycane.

«Viens donc, ma belle, n'ait pas peur.»

Lors du baiser poussé, elle sentit de nouveau cette chose qu'elle avait sur la langue. C'était assez étrange. Peut être une coutume humaine pour certains clans. Astria se souvenait que son clitoris aussi était orné du même genre de parure. La louve était pleine de désir mais aussi de curiosité, alors, pour se maîtriser, elle interrogea, entre deux gémissements de plaisir.

«Dis moi, tes ornements, sur ta langue et ton clitoris? De quelle tribu cela vient il?»

La louve n'y connaissait rien au monde des humains, et cela se voyait dans cette question. Pour elle, un marquage, un ornement, était le signe d'un clan, d'une tribu ou d'un groupe quelconque. Juste pour le plaisir, elle ne savait pas, elle avait encore tant à apprendre. Et en même temps, elle avait l'éternité devant elle pour s'aguerrir et devenir plus sage.

En tout cas, l'humaine n'était pas si débutante que cela, elle s'affairait si bien, ses doigts et ses caresses étaient si doux, sa bouche si délicieuse, et son corps si agréable qu'Astria était sur le point de jouir.

«Tu es très douce, j'aime.» Souffla cette dernière à l'oreille de Fiolua. Elle rendait caresses pour caresses, et n'était pas non plus avare de baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Votre âge : 23
Métier : Ancienne étudiante
Rang : Familier
Messages : 29
Esclave
Fiolua

Dim 3 Avr 2016 - 14:02
Fiolua retint un gloussement amusé alors que sa maîtresse louve lui demandait le rapport entre ses piercings érotiques et son lien avec une tribus sur Terre. Elle était belge, mais elle n'avais jamais considéré sa nationalité comme une appartenance quelconque. Cependant, connaissant encore assez mal les us et coutumes de ce monde, elle était un peu gênée de devoir répondre à sa maîtresse sur l'utilité de ces parures ; quand bien même les circonstances étaient probablement les mieux choisies pour une telle révélation.

"Et bien... en fait... ce sont ce que l'on appelle des piercings. Ils ne sont pas lier à notre nationalité mais, selon l'endroit où ils se trouvent, et bien... ils sont soit décoratifs, soit... peuvent servir... à quelque chose. Hum... Disons que les miens sont plutôt de la seconde catégorie."

Devant les yeux interrogateurs d'Astria, elle ne put s'empêcher de rougir un peu.

"Lorsque j'étais... libre, j'ai eu un certain nombre de... partenaires. Des hommes. Des femmes. Dans les deux cas, chaque piercing avait une utilité. Sur ma langue, et bien, quand je... enfin... léchait ou suçait le sexe de quelqu'un, je lui donnais plus de plaisir. Et pour l'autre piercing... ici, fit-elle en frottant légèrement l'entrejambe contre la jambe de la louve, et bien c'est surtout lors de la situation inverse que c'est...agréable pour moi. Enfin... sous réserve de ne pas y aller trop fort."

Une idée lui vint soudain en tête, tout à fait en rapport avec l'autorisation lubrique qu'elle venait de demander - et d'obtenir. Toujours un peu honteuse, elle disparut sous les peaux de bête avec un sourire pervers. Avant qu'Astria n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, elle put sentir que les doigts inquisiteurs de l'esclave semblaient avoir changé. De taille. De texture. D'humidité. D'habileté.

La bouche enveloppant toutes entières les lèvres intimes de la louve, Fiolua commençait à lécher le sexe d'Astria et, après seulement quelques coups de langue, agrippa fermement le croupe de cette dernière à pleines mains et se mit à appliquer délicatement son piercing arrondit contre son clitoris.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Quand une louve apprivoise son humaine [Fiolua]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand la louve est partie
» Homme loup et louve humaine. [Terminé]
» Quand une lame noire tombe sur la louve... (ou le contraire ?) [PV Amy] [TERMINE]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Caverne d'Astria-
Ouvrir la Chatbox