[Vampire] Zerachios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité

Dim 10 Jan 2016 - 12:31



"Zerachios" Solem Laïus





Informations générales

Prénom : Zerachios {Solem de son vrai nom}
Nom : Laïus
Race : Vampyr
Sexe : Homme
Âge : cinq ou six mille ans...il ne compte plus depuis longtemps.
Rang : Maître
Métier : Général de l'armée vampyr [si possible] ancien brigand. Officieusement gourou d'une secte du nom de {Ode}
Préférences sexuelles : Hétérosexuel



Physique

Taille : 1m97
Poids : 90kgs
Couleur des yeux : Ambré-rouge | océan lorsqu'il est rassasié.
Couleur des cheveux : Obsidienne

Description : Zerachios est un bellâtre. Il est un paon. Pas forcément drapé d’arrogance, mais sans nul doute remplit de confiance. En lui, ses talents de bonimenteur, de prestidigitateur, d’agitateur. Il est grand, il est charmant et il le sait, sait s’en servir. Il ne viendra pas avec une beauté parfaite étaler ses muscles sous le nez des demoiselles. Il sait comment faire pour plaire et conter fleurette. A commencer par se mettre en valeur et prendre soin de soi.

L’hygiène corporelle est une chose qui semble demeurer mystérieuse pour beaucoup d’immortels qui pensent que parce qu’ils sont éternels, ils n’ont pas à faire attention. Bien au contraire, dirait Zerachios. Lui, il se nourrit sainement. Essaie de ne pas trop abuser des bonnes choses [même s’ils peinent à se passer d’alcool et de femmes…] et pratique plusieurs sports appris sur Terre pour garder un physique d’Apollon. Sa musculature est le produit de plusieurs heures à suer pour se mettre en forme. Souffrir pour être beau et Zerachios l’a parfaitement compris.

Lorsque l’on parle de lui, c’est pour dire « Un grand spécimen de vampyr » « Un beau spécimen d’enflure » Est-ce de la jalousie ? Non. Ils ont raison. Zerachios c’est un mètre nonante-sept de muscles et de couardises. Il était un briguant, ne l’oublions pas. Lui, ne l’oublie pas. Et si sa taille impressionne, c’est surtout sa facilité de parole qui a cet effet sur les autres.

Il paraît, oui, il paraît que Zerachios ressemblerait à son père. Les mauvaises langues disent qu’il a les yeux du père, la moustache de la mère. Mais dans la famille de Zerachios, personne ne porte de poils au visage. Il n’y a que lui. Qui en est fier et qui le montre sans s’essouffler. Il passe plusieurs heures par jour à faire de sorte que sa moustache brille et soit coiffée convenablement. Les dessins de ses favoris parfaitement en adéquation avec la forme creusée de son visage. Et Zerachios c’est aussi et surtout…

Un nez.
Un nez grand, légèrement pointu. Comme un crochet. Assez pour que ce détail vous soit mémorable, juste pas assez pour que vous puissiez le juger disgracieux. Ce nez qui surplombe cette bouche aux lèvres sans cesse fendues d’un sourire charmeur, charmant. Lippe inférieure légèrement plus épaisse que la supérieure. Le visage entier, avec les sourcils dessinés, semble avoir été méticuleusement travaillé.

Et cette vaste toile offre une panoplie allant du grotesque au pittoresque en passant par le langoureux ou le détestable, d’émotion. Car expressif, ses traits le sont.

Zerachios dont le nom retentit comme la promesse d’une belle nuit.
Ou tout du moins, d’une nuit où le rire et la chanson seront de mise.

Vestimentaire:

Plume, couleur, fourrure, chic, choc...Zerachios aime surprendre par son choix de vêtement. Il est, dés qu'il le peut, avec le torse découvert. Les poils apparents. C'est ce qu'aiment les femmes, il paraît. Chemise blanche, noire, bleue, fuchia, pourpre. Manteau à col relevé, chapeau à large bord. Botte, bottine...
Et en bijou ? Une cordelette avec une croix de bois au bout. Vestige de son amour pour Ophélia.

Mental

Trois qualités : Chevaleresque ; Observateur ; Sensuel
Trois défauts : Manipulateur ; Vicieux ; Bonimenteur

Description : IcPensez ce que vous voulez. Ce n’est pas quelqu’un de bien.
Croyez ce que vous voulez. Ce n’est pas quelqu’un de mauvais.

Sur Terre, il est dit qu’en deux ans, on change beaucoup. Imaginez un vampyr qui a vécu six mille ans. Vous multipliez les changements possibles par trois mille. C’est beaucoup. Vraiment beaucoup. Pourtant…il n’a pas tant changé que cela, Zerachios. A la limite ? Il s’est amélioré. Il a mûrit. Comme le bon vin. Même si parfois il frise la perfection d’une mauvaise piquette.

Ainsi, Zerachios est devenu l’aventurier aventureux qu’il a toujours aspiré être. Parcourir le monde d’Erèbe. Le monde terrestre. Parcourir en long, en large, découvrir l’exotisme des uns, le mimétisme des autres. Passer dans des villes miroirs, des villes fantômes et des villes en constantes évolutions. C’était ça qui le faisait vibrer avant. Pouvoir se lever en se demandant ce qui allait se passer à l’extérieur. Quelle rencontre il allait pouvoir glisser dans son répertoire de rencontre. Et sans aventure, Zerachios n’était plus rien. Même si aujourd’hui il semble faire une pause, ce n’est que parce qu’il n’a encore rien trouvé d’intéressant à faire. C’est uniquement pour ça. Parce qu’il ne trouve plus la petite flamme. Mais ne désespérons pas. L’aventurier est toujours là. Caché quelque part sous les pans de ses grands manteaux.

Depuis petit, Zerachios aime le grand frisson que lui procure l’adrénaline. Vous savez, cette substance que sécrète le corps lorsqu’on le met ne danger d’une manière ou d’une autre. Certains détestent te ont la crainte de mourir. D’autres, n’ont pas peur de mourir, mais ne veulent pas se blesser. Zerachios est immortel. Il se fiche donc des risques qu’il encourt. Et s’il se retrouve à écourter son éternité, ce n’est pas grave. Il aura bien vécu. C’est d’ailleurs pour cela que vous aurez l’impression que Zerachios est un vampyr qui savoure chaque jour, chaque nuit, chaque Lune. Il savoure tout ce qu’il fait.

Car tout ce qu’il fait, il le rendra intéressant. Si cela ne l’intéresse pas, il passera à autre chose. Tout simplement. Car comme dit dans son histoire. Zerachios s’avère être un esprit fin, rusé, avec pour handicap un manque flagrant de concentration. Il ne faut surtout pas lui confier quelque chose de trop minutieux…comme la manipulation de toxine ou produit dangereux. Il serait du genre à oublier ce qu’il a dans les mains et le boire, le sentir ou…allez savoir ce qui lui passera par la tête. C’est a se demander comment il a survécu si longtemps.

Car Zerachios s’est mis en danger tant de fois. Bien que diplomate et capable de faire se retourner une situation qui semblait inextricable, le vampyr n’a pas toujours eu la chance de son côté. En effet, bon nombre de fois il aurait put y rester. Se frotter à trop gros parce qu’on n’est incapable de se contenir. Des bêtises ou de la franchise…Zerachios a toujours quelque chose à raconter.

Sachez d’ailleurs qu’il n’y a pas meilleur compagnon de route que lui. Si ce n’est sa faculté à perdre les gens en forêt, il a toujours de bonnes histoires à raconter. Des légendes, de mythes, des on-dits, des blagues. Le vrai se mêle au faux. Ce n’est pas un menteur. Juste qu’il aime rendre plus beau le trop pâle, le trop terne. Il colorera à coup sûr votre monde. Même les moins sympathiques ont fini par rire de tant de mots.

Outre ce côté fantasque, jusque dans sa manière de draguer les femmes, manière chevaleresque bien que théâtrale, Zerachios sait utiliser les mots par sa grande culture. Il est si curieux qu’il lui est facile d’assimiler telle ou telle chose, oubliant une partie pour ne retenir que ce qu’il juge utile. Et nous n’avons jamais dit que son jugement était toujours le bon.

Zerachios est un bon ami. Un homme sur qui on peut compter à condition qu’il n’oublie pas. Il aime sauver la veuve et l’orphelin. Quelques pas de danse et il vous sauvera d’une maison en feu. Quelque courbette et il vous évitera une mort certaine. Ainsi est Zerachios. Il ne supporte d’ailleurs pas que l’on s’en prenne à plus faible. C’est ce qui lui a valu bien des aventures qui auraient pu se conclure par sa mort…pure…et simple.

Mais ne vous fiez pas. Zerachios n’est pas dénué de défauts et de cruauté. Enfin. Cruauté est un terme qui ne lui sied guère. On va plutôt user de ces termes-là : Intolérant face à l’intolérance, l’irrespect et le manquement aux règles qu’il impose. Il n’a, en six mille ans, jamais pris le temps d’avoir des esclaves. Il ne sait pas s’il veut en avoir ou non, pense que ce serait bien, histoire d’alléger le poids de la solitude. Car si c’est un homme qui affiche sourire et rire, couleur en continu, il n’en reste pas moins conscient de la solitude qui entoure les éternels.

S’il ne montre pas qu’il en souffre, Zerachios fait partie de ceux qui ont besoin de s’entourer. La peur du noir dit-on. Du froid. Des pièces vides. Des silences. Il chante et fait de la musique pour passer le temps.

Et pour passer ses nerfs, il cogne. Il cogne dur. Il frappe et s’excuse ensuite. Se met à genou de celle qu’il a bafouée pour qu’elle lui pardonne. Et toutes lui ont pardonnés ses écarts de conduite. Pas parce qu’il n’y était pour rien dans ces colères rares, mais fulgurantes, mais parce qu’il sait manipuler les mots pour adoucir les maux. Il est comme ça Zerachios. Méfiez-vous. On aurait tendance à l’apprécier pour ce qu’il affiche, ce qu’il est, mais on oublie ce qu’il peut être et c’est là que réside le plus gros problème.

Parce qu’il peut également se montrer vicieux. Pourquoi s’en priver alors qu’il n’a cas moduler son ton, adoucir sa voix, caresses et douceurs pour obtenir ce qu’il veut ? Il en aura dépuceler des vierges…le saligaud.

Que dire de plus. Il y en aurait des choses à retracer avec un être de plus de six mille ans.
Zerachios est un inconditionnel des femmes. S’il est bon amant, ce n’est pas pour la taille de son sexe ou la dextérité de ses doigts d’artistes, que parce qu’il sait entendre ce que les femmes ont à dire. Il sait faire parler les corps sans avoir besoin de mots. Et si ses gestes sembleront au début très léger et maladroit, comme s’il farfouillait quelques fils invisibles pour le plaisir de madame, il finira par mettre le doigt, la main, ses lèvres où il faut. La petite zone qui diffère d’une femme à l’autre et qu’il finit fatalement par trouver.

Ainsi est Zerachios.
L’ami que l’on veut à ses banquets.
L’amant que l’on veut dans notre couche.
Le mari dont on se passera pour ses violences.
L’artiste que l’on admirera pour son originalité, son imagination.
L’aventurier dont on chantera les louanges pour sa capacité d’adaptation à son environnement.
L’ennemi dont on se passerait bien…

Mais c’est avant tout un Vampyr qui craint la solitude plus que tout au monde.

LES RACES:

Il s'entend avec tout le monde. Car il n'est pas du genre à faire ce que l'on appel du Spécisme. Tout simplement. Avec une préférence pour les femelles humaines qu'il trouve fascinante par leur fragilités.
Et celles des lycans...sauvages.
Et celles des mahrs...délicieuses.
Et les vampyrs...ne sont-elles pas magnifiques ?




Mon histoire

Zerachios.
C’est un nom qui fait trembler les cordes vocales. Qui fait vibrer les tréfonds de la terre. Qui fait couiner les jouvencelles.
Zerachios
Chuchoté au creux d’une oreille, la peau se couvre de chair de poule, les poils se hérissent, les demoiselles serrent les cuisses avec un frémissement au ventre.
Zerachios…

« ZERACHIOS ! Mon amiii ! »
« Haaa…que fais-tu donc ici vieux frère, faux frère ! Viens-tu encore me demander d’entrer dans tes petites magouilles à deux sous ? »
« Non ! Je venais simplement voir comment tu allais depuis la dernière fois. »
« La dernière fois. Tu veux dire lorsque tu m’as laissé sur la place aux mains des autorités ? »
« Un malentendu ! Un énorme malentendu ! »
« Tu parles. Faux frère. J’ai dût me battre pour prouver que je n’avais rien à voir avec tes couardises. »
« Oh…couardises…ce n’était pas si… »
« Tu as détroussé d’honnêtes voyageurs et tu me dis que ce n’est pas si ? »
« Grave ? »
« Va-t’en brûler quelque part dans l’Abîme. Tu me fatigues. »

Zerachios est l’ami de beaucoup. L’ennemi de tout autant. Il a toujours vécu une vie pleine d’aventure, de mésaventure, d’amour et de fantaisie. Il n’est pas le vampyr d’une seule créature. Il est le vampyr de toutes celles qui portent en leur giron la féminité palpitante et chaude, étroite et moite qu’il aime tant. C’est sa faiblesse. Son petit « péché » diraient les catholiques terriens. Sa gourmandise. Les gourgandines bien en chair. Mais il aime aussi celles qui ont les os saillants. Celles qui…celles qui…vous l’aurez compris, Zerachios les aime toutes. Comme il les méprise. Comme il les maltraite. Comme il les pose sur un piédestal. Les senteurs florales des unes, les peaux de crystals des autres. Inconditionnellement, Zerachios prend. Il jette, mais sans vraiment jeter. Les collectionne serait le terme. Mais qui est réellement cet homme ?

On dit que Zerachios n’est pas né avec ce nom. On dit qu’il n’est peut-être pas si vieux, mais il paraît qu’il est plus vieux que le vieux des vieux. « Il paraît » beaucoup de chose sur Zerachios. Qu’en est-il de la vérité ?

Zerachios s’appelait Solem. Il n’aimait pas ce prénom trop solennel. Il voulait quelque chose de plus grand, de plus beau. Quelque chose qui aurait un impact à l’écoute. Alors il a cherché. Pendant longtemps, il a donné divers prénoms à ses amantes, attendant d’elles qu’elles les murmures, les gémisses, les soupirs. Juste pour voir, juste pour savoir quel serait le mot le plus agréable à entendre. Le mot le plus facile à retenir. Le mot qui, d’un simple chuchotis, ferait frémir la cuisse glabre d’une prostituée. Mais aussi d’une grande dame. Et c’est une grande dame qui lui donnera pour nom « Zerachios ».

« A toi qui est né en des temps immémoriaux. A toi qui a vécu milles aventures, milles maux. Je t’offre l’appellation de Zerachios. » Elle avait ajouté que c’était le nom du commandant des anges. Qu’est-ce que des anges ? D’où elle sortait cela ? Zerachios ne la questionna pas, se contenta d’apprécier la sonorité de ce nom qui paraissait être fait pour une grande destinée. Car un destin, il savait qu’il en avait un. Et s’il n’était pas écrit dans la pierre, de la lame de son épée, il le graverait.

Un destin…
Car oui. Oui, Zerachios est ainsi depuis petit. Persuadé que sa vie doit être passée à faire de grandes choses. L’aventure plus que le pouvoir. C’était ce genre de destin là qu’il désirait enfant. Ses parents peinaient à le maintenir en place. Ils s’inquiétaient sans cesse, de savoir que leur fils courait à la poursuite de trésors enfouis, de créatures inexistantes. Il s’inventait un monde, se dessinait ses propres cartes au trésor qu’il disséminait aux quatre vents et faisait mine de tomber dessus par hasard. Il s’exclamait alors « Oh que diable génitrice –C’est ainsi qu’il appelait sa mère- Regarde oh ! Une carte au trésor m’est tombée sur la tête ! » Et il attendait qu’avec patience, sa mère ne s’exclame également « Oh regarde donc, mon cher époux ce que notre fils a trouvé là. » Il faut savoir que Zerachios qui était encore un Solem, avait des parents cultivés et racés. Il descend, bien que certains peinent à le croire, d’une noble lignée de vampyr. D’une vieille lignée de vampyr. Et ses ancêtres, essayiez d’y voir là le pourquoi de son comportement, se sont tous plus ou moins illustrés dans des faits d’armes…plus ou moins…glorieux. Nous n’allons pas nous étaler sur ces derniers, car cinq voir six mille ans de vie à retracé…autant réécrire la Bible n’est-ce pas ?

Et donc.
Donc, oui. Zerachios est né ainsi. A vécu ainsi. Dans ce besoin de gloire, même petite. De quête de l’esprit, du corps, de richesse. Il aimait chercher la bagarre pour se mettre dans des situations houleuses, dans des situations qui lui demandaient de la ruse mais aussi et surtout, d’être rapide. Il n’était pas très rapide. Autant dire que des coups, il s’en est pris et pas des moindre. Il en parle aujourd’hui avec le sourire, avec une pointe, parfois de vantardise, mais ne le croyez pas s’il dit qu’il ne s’est jamais fait attraper par ses ennemis…croyez-moi plutôt lorsque je vous raconte comment il s’est pris un coup d’épée dans la fesse, lui valant deux semaines de rééducation…

Les parents de Zerachios, malgré la crainte, parfois justifiée, qu’il finisse par froisser la mauvaise personne et par se faire attraper par des traqueurs à force de voguer à la frontière des différents mondes, n’ont jamais tentés de lui mettre des chaînes. Ils refusaient de briser les rêves de leur enfant et, bien que souvent dépités, suivront ses délires, désires, appelez cela comme vous voulez, avec un sourire avenant et aimant.

Zerachios.
Ce vampyr qui est passé par divers stades. De l’enfant chahuteur assoiffé d’aventure au mécréant, bandit de grands chemins qui chapardent pour l’art d’être un voleur de talent plus qu’un réel criminel…jusqu’au grand stratège de guerre. Il est passé d’amant à ami, d’ami à ennemi, d’ennemi à frère de pacte avec une simplicité débordante d’extravagance. Personnage haut en couleur dont on pourrait parler des heures durant. Mais nous allons essayer de nous contenter du plus important à retenir.

Pendant son adolescence, Zerachios à suivit plusieurs voies, ne sachant trop que faire de son éternité. Il est difficile pour un esprit comme le sien de se concentrer sur une seule et unique activité. Difficile, donc, de parvenir à devenir bon en quoi que ce soit, car incapable de faire les choses jusqu’au bout. Pourtant, il a essayé. Il fut palefrenier pour un noble ami de sa famille pendant une dizaine d’années. Un palefrenier bien maladroit qui avait la petite étrangeté d’être allergique aux chevaux. A force d’éternuement, il a fini par décider de devenir capitaine d’un navire. Capitaine d’un navire à Érèbe…pourquoi pas…au moins, il rêvait.
Seulement, a peine mettra-t-il un pied sur une frêle embarcation sur un morceau de lac qui n’est pas gelé, qu’il se rend compte que la mer, ce n’est pas pour lui. En fait…il a le mal des transports.
Mais Zerachios ne se débine pas. Il décide de s’entrainer à l’épée, ayant toujours entendu parler d’ancêtre qui maitrisait la lame comme personne. Au départ, c’est difficile. Lorsque l’on est comme Zerachios, à se laisser déconcentrer par un insecte ou par quelques demoiselles passant dans le coin. La lame se lave, se baisse sur le vide. Le maître d’arme s’impatiente et un coup d’estoc mal placé lui vaudra une balafre sur le flanc droit. Cette même balafre dont il parle comme de quelque chose de spectaculaire. Ainsi était…ainsi est Zerachios.

Une éternité, c’est très long. A force de persévérance et de patience, il finira par maîtriser la lame comme personne. En tout cas, dans son style chorégraphié bien à lui. Car des meilleurs, il y en a probablement à la pelle. Mais sa manière de faire, tout en danse et en mouvement, lui vaudra de fatiguer ses adversaires avant que ces derniers n’aient eu l’idée de bouger ne serait-ce qu’un peu. Il héritera d’ailleurs du surnom de « l’intouchable » et dira en riant « Seul les damoiselles démentent ». Et de siècle en siècle, il a appris, parfait, s’est approprié. L’agilité du boxeur anglais, l’art du peintre français, le beau parler du charmeur italien. De siècle en siècle, il est devenu, a perdu, gagné, hérité. Il a tout fait, tout essayé. Pour ne pas s’ennuyer.

Marié, il l’a été. Deux, trois, cent fois. Avec des femmes toutes plus belles les unes que les autres, du moins pour lui, pas forcément pour les autres. Il a volé des femmes au lit d’autres hommes, remis certaines dans les bras d’amis, rarement d’ennemis. Mais l’amour ne se dicte pas. Il se vit. Et pour le vivre, il l’a vécut notre Zerachios. Durant plusieurs siècles, il a voyagé. Vogué, volé. Il est allé sur Terre, y a séjourné. On dit qu’aujourd’hui c’est différent, on ne se ballade plus aussi facilement d’un monde à l’autre. Et notre Vampyr ne saurait vous le dire, car lui ne se déplace plus vraiment. Il juge qu’en six mille ans, il en a vu assez pour ne plus y retourner. Des aventures, il en a vécu. Il a vu les premières inventions technologiques. La réaction des Hommes lorsqu’ils ont découverts les machines à vapeur. Les regards effrayés lorsqu’on parlera d’un Jack L’Éventreur dans les rues de Londres. Les femmes méfiantes après être allé voir Dracula au cinéma. Et il rira des blagues des tous premiers humoristes. Zerachios en aura vu s’esquisser des choses durant son éternité.

Si l’on devait s’attarder sur quelques passages de sa vie d’avant, on pourrait parler d’Ophélia. C’était une belle et grande jeune femme terrienne. Une humaine qu’il devait capturer et ramener sur Érèbe. Car oui…oui, Zerachios est devenu pour un temps traqueur. Il ne le faisait pas pour la chasse. Il le faisait pour la découverte. Et cette Ophélia qu’il devait ramener sur Erèbe. Quelle femme ! C’était une nourrice dans une grande maison anglaise. L’Angleterre étant le pays de prédilection de Zerachios qui y retrouvait la nuit venue l’ambiance de la Citadelle. Enfin. Zerachios avait traqué sa proie un moment. Car souvent, les requêtes étaient faites par des créatures désireuses d’obtenir des nobles. Alors une nourrice. Il n’aurait pu deviner. Il l’a traquée et l’a retrouvée. Il la trouvée. Belle. Belle et sauvage. Exotique. Sa peau d’ébène, son sourire éclatant. Le genre de femme que tout homme rêverait d’avoir dans son lit. Que toute femme jalouserait. Son corps étaient fait de plus de pleins que de creux. Un fessier rebondit, une poitrine généreuse. Ainsi était faite Ophélia. Si belle dans sa tenue de domestique. Et Zerachios avait le cœur, si on peut dire, qui battait si fort qu’il crût mourir cette fois. Pour de bon. Ses jambes ne lui permirent pas de courir assez vite pour fuir cette sensation de torsion dans son ventre, d’éclatement de sa rate, de brouille dans son estomac…en somme, vous l’avez compris, depuis le temps qu’il troussait les filles, il venait de tomber sur celle qu’il ne saurait trousser.

Puis il a passé plusieurs nuits sur Terre. A se demander comment l’aborder. Lui dire qu’il était un vampyr ? Et puis quoi encore. Elle allait le prendre pour un fou et puis…et puis c’était interdit par les conventions d’Érèbe. Aller la voir comme si de rien était ? Et puis quoi encore. Elle allait vite voir qu’il n’avait pas sa place dans les parages. Alors peut-être…peut-être devrait-il l’attraper et la mettre entre les pattes des gens qui la désiraient. Qu’il irait la voir en cachette…qu’elle finirait par avoir le syndrôme de Stockholm…ok…ok. C’était stupide. Alors il a fait ce qu’il pouvait faire de mieux. Il est allé la voir et il lui a fait la cours.

Pendant plusieurs années, il ira la voir, se faisant passer pour un grand voyageur. Elle aimait bien son côté libre, son côté vieux gentleman. Ils se sont liés, se sont aimés, mais comme tout Être Humain, le défaut d’Ophélia sera sa mortalité. Et elle mourra vieille et mariée. Mais pas avec Zerachios. Après tout, quelle femme voudrait se lier avec un homme qui n’est jamais vraiment là ? Il ira tout de même la voir sur son lit de mort et l’embrassera une dernière fois. Lorsqu’elle dira, avant de mourir, qu’elle a vu son amant comme s’il n’avait jamais vieillit, tout le monde se dira que c’était peut-être le moment qu’elle passe l’arme à gauche finalement.

Et Zerachios ? Sûr. Il fut triste. Très triste. C’était sa première vraie et belle histoire. La première fois que quelque chose d’intense se passait dans son corps. Autre que le moment où il découvrait une nouvelle amante et les joies d’être entre ses cuisses. Et ainsi, il subira son premier coup dur. L’amour ce ne sera définitivement pas pour lui.

Et on ne l’y reprendra pas. Car après avoir dit à ses clients qu’il n’avait pas trouvé la femme en question, il se fera renvoyé et personne ne le prendra plus comme traqueur. Zerachios deviendra alors démarcheur. Il passera de monde en monde, de porte en porte pour jouer les facteurs et les marchands. C’était nouveau, mais ça marchait bien. « Vous avez un colis à livrer, faites appel à Zerachios, le roi de la livraison ! » Sauf que quand, comme lui, on a le mal des transports, c’est un nouveau projet qui s’avorte.

Et toutes ses vies passées à essayer de nouveaux métiers. A s’esquinter dans des bagarres, dans des draps froissés. Combien de cœur brisé ? Combien de femme envoûtée ? Il y a même eu des hommes. Ce n’était pas forcément réciproque, mais les hommes ne s’en étaient pas formalisés. Il leur fallait Zerachios. Et un ou deux l’ont eu…uniquement parce qu’il était ivre, dira-t-il. Et je n’ai jamais pris de plaisir, niera-t-il. Menteur.

Aujourd’hui,

Officieusement: Zerachios est le gourou ou appelez cela comme vous le voulez, d'une secte qui a vu le jour il y a quatre mille ans par ses soins. Il s'ennuyait, les sectes allaient et venaient sans jamais vraiment lui offrir ce que lui cherchais. Ce qu'il cherchait ? Tout et rien. Un nouvel amusement plus qu'autre chose. Et tantôt c'était trop austère, tantôt pas assez. Et, au fil du temps, Zerachios a goût à bien des choses. Et les vierges...
Les vierges c'est autre chose. Aussi, la secte de Zerachios qui s'appelle ODE est une ode justement à la virginité. Ses membres sont uniquement des vampyrs ayant plus de quatre mille ans. Pour y entrer, il faut se montrer un esthète en matière de vierge et surtout, pouvoir en amener. On ne les sacrifie pas, on les poses sur un piédestal. Mais en somme, cette secte c'est surtout et avant tout une excuse pour faire des orgies sans nom, couler l'alcool à flot et voir de jolies et jeunes femmes offrir leur virginal pureté à des vampyrs désireux de consommer la plus pure et la plus douce des drogues.

Officiellement: Zerachios fait partie de l’armée Vampyr. Il n’est pas le meilleur général du monde, mais fait un bon maître d’arme pour les soldats qui sont à sa botte. Zerachios est le genre de vampyr qui aspire à la paix et la quiété. De nouvelles aventures pourquoi pas, mais ne lui parlez plus de faire la guerre. Il se sent vieux et aimerait couler quelques millénaires tranquille. Pourquoi ne pas se trouver une Ophélia qui pourrait lui donner envie d’avoir des chiards. Ce n’est pas nous qui le disons. C’est lui…qui le nie.



100x100

Votre âge :

25 ans

Expérience du RP :

Pfft...je ne sais pas quoi mettre. xD La même que Silas ?
100x100

Vous engagez-vous à respecter le règlement ?

YES SIR !
100x100

Une remarque, une question, une suggestion ?

J'aime vraiment beaucoup beaucoup beaucoup votre forum. C'est mon dernier personnage cela dit. Je ne vais pas gérer plus de compte. ♥




© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : Prostituée
Localisation : la citadelle et le repaire des Mahrs
Rang : Esclave
Messages : 107
Esclave
Anya

Dim 10 Jan 2016 - 12:35
Re bienvenu à toi :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : /
Localisation : Le Creuset
Rang : Esclave
Messages : 477
Esclave
Eylin

Dim 10 Jan 2016 - 15:13
Bienvenue à toi :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dim 10 Jan 2016 - 15:15
Merci miladies ~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : Noble
Localisation : Hors de la Citadelle
Rang : Doyenne de la lignée des Dorka
Messages : 64
Maîtresse
Raven

Lun 11 Jan 2016 - 23:08
Oh, un vampyr ~
Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Métier : Prince Vampyr, Guerrier, Général des armées, Conseiller du Roi
Localisation : la Citadelle
Rang : Maître
Messages : 203
Maître
Azazel

Mar 12 Jan 2016 - 7:19
Bienvenue ou rebienvenue si je ne me trompe pas :)
Pour ton poste je pense pouvoir dire étant chef des armées que tu peux être un des généraux sans problème ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 12 Jan 2016 - 9:57
C'est bel et bien Re~ Merci Raven et Azazel !

Ok ! Cool alors merci ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 27 Jan 2016 - 18:11
La suite la suite !

Magnifique avatar soit dit en passant !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 27 Jan 2016 - 23:19
C'est Mihawk de One Piece, un personnage assez stylé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 29 Jan 2016 - 2:10
Mihawk. Oui. Je voulais une créature qui fasse aventurier et lover à la fois. Et j'ai trouvé
Merci pour l’accueil ~

J'ai bientôt terminé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Rang : Esclave
Messages : 107
Esclave
Felicity

Ven 29 Jan 2016 - 5:33
Ça fait un petit moment que je ne suis plus passée par les présentations.. C'est l'occasion de se remettre à jour.. o/ (Whoa. Bel avatar.)

(Re ?) Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 29 Jan 2016 - 12:28
Oui Re ~ haha. Merci Felicity ~ Au plaisir ^ ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Votre âge : 27
Métier : Traqueur
Rang : Maître
Messages : 150
Maître
Zyrael

Dim 31 Jan 2016 - 11:53
J'adore cette fiche ! Bienvenue Général. 8D











Félicitations tu es validé !

Tu peux dès à présent faire ta demande de maître ou d'esclave, rechercher un RP ou déposer une demande d'habitation.
Les Trois Royaumes t'ouvrent leurs portes et nous te souhaitons une longue nuit de plaisirs, d'aventures et de débauches...
Bienvenue sur Erèbe !











Theme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

[Vampire] Zerachios

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives d'Erèbe :: Le Livre des Noms :: Vestiges-
Ouvrir la Chatbox