[Mahr] Salis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité

Lun 16 Nov 2015 - 4:03



Silas|Salis Northerm





Informations générales

Prénom : Silas || Salis (Salice)
Nom : Northerm
Race : Mahr
Sexe : Hermaphrodite, plus sous forme masculine
Âge : 3 500 ans
Rang : Maître
Métier : Bourreau&traqueur (Pas uniquement d'esclave, mais de personnes disparues ou fuyardes)
Préférences sexuelles : Bi à tendance hétéro || Bi a tendance hétéro, n'hésite pas à user de ses charmes pour obtenir ce qu'elle veut.



Physique

Taille : 1m97 || 1m60
Poids : 100kg || 55 kg
Couleur des yeux : Obsidienne
Couleur des cheveux : Marron glacé

Description : Vous l’avez rêvé…

Installée sur votre lit, il vous regarde dormir. Votre couverture a glissée et dévoile votre corps, son sourire aux lèvres fines a dévoilé l’espace d’un instant, l’éclat de ses dents assassines. Ses dents vous réveillent. Des dents acérées, toutes plus pointues les unes que les autres à la manière de celles des requins. Pourtant vous ne criez pas. Vous vous dites sûrement « Encore un de ces cauchemars semblant si réels. Je vais me réveiller. » Mais vous ne le faites pas. Vous restez là, à fixer cet étranger aux dreadlocks affublée de plumes. Tout son poids au bout de votre lit. Vous cherchez un édredon que vous ne parvenez pas à prendre et il saisit votre poignet d’une main ferme. Sa force est effroyable. Pourtant, vous ne criez toujours pas.

Ses yeux sombres brillent d’une lueur malsaine qui malgré vous, semble vous attirer. Happer par ce visage creusé. Il a avancé son buste nu, musclé. Vous le sentez qui vous englobe de sa puissance, de sa chaleur. Émane de sa peau terne une odeur musquée, vos seins durcissent à cette simple odeur. Et le voilà au-dessus de vous. Il est parfaitement nu, sa verge érigée, ferme. Votre main libre tente de le repousser, mais vos doigts ne font que glisser sur cette carapace de muscles et vos ongles se plantent dans son bras sans qu’il ne bronche. Au contraire. Il se contente, calmement, de saisir votre second poignet et plaquer vos mains au-dessus de votre tête. Le voilà qui approche alors son visage.

Son long nez qui glisse et hume à la bordure de votre clavicule. Sa langue est étrangement longue et pointue, s’enroule comme un serpent autour d’un de vos tétons, remonte entre vous seins, votre gorge qui palpite, viole votre bouche. Pourtant, vous ne tentez rien…ce n’est qu’un rêve après tout.
Lorsqu’il entre, vous ne criez toujours pas, vous vous laissez simplement faire, fermant parfois les yeux. A votre réveil il aura disparu, vous laissant dans le doute…

Vos poignets portent encore les traces de ses doigts puissants…

Lorsque vous vous éveillez, votre sexe est dressé. L’érection du réveil semble-t-il. Vous ouvrez un œil, puis l’autre, vous étirant comme le ferait un chat. Longuement en baillant. Vous avez en bouche les restes de votre soirée d’hier un peu trop arrosée et lorsque vous vous tournez sur votre matelas, quelle n’est pas votre surprise en apercevant une jolie jeune femme au corps diaphane et à la poitrine menue. Son corps est tout en finesse et elle semble endormie. Vous êtes perplexe. Avez-vous ramené quelqu’un avec vous hier ? Vous vous en souviendriez n’est-ce pas ? Elle est attirante avec sa bouche pleine et gourmande et les cils longs que vous ne pouvez vous empêcher de toucher. Votre index vogue jusqu’à ses sourcils horizontal sur ce front haut et lisse. D’une main que vous avez l’impression ne pas être la vôtre, vous écartez ses cheveux sombres et soyeux. Ils glissent entre vos doigts comme autant de serpent. Son nez est si petit. Légèrement en trompette, il vous rappelle celui de votre première petite amie. Celle de l’école avec de grosses lunettes. Mais alors que vous alliez retirer des doigts que vous avez l’impression d’être intrusif, vous entendez un gémissement et comme une invitation, les lèvres s’entre-ouvrent. Sa dentition est adorable comme le reste de sa personne. Des incisives un peu grandes, blanches, des dents arrondies, alignées. Son corps se cambre, ses seins semblent vous appeler. Et vous ne vous faites pas prier.

La couverture dévoile un corps parfaitement imberbe. Un corps lisse, tout en finesse dont saillent les côtes. On aperçoit clairement le dessin de ses hanches osseuses, le galbe de ses cuisses pas plus grosses que votre bras. Et entre-elle, le petit sexe glabre qui se dévoile lorsque les jambes s’écartent. Lorsque vous la regardé, elle semble toujours assoupie. Et vous vous apprêtez à faire ce que vous n’auriez jamais pensé faire un jour…vous violez ce corps ainsi offert, profitant de la fraîcheur de sa peau de pêche, glissant votre bouche un peu partout dans votre soif de la dévorer. Elle est étroite et chaude, humide et accueillante.

A votre réveil, il n’y a plus personne qu’un long cheveu dans votre lit et l’emprunte d’un corps sur la place vide avoisinant la vôtre. Ce n’était qu’un rêve…


Mental

Trois qualités : °Intelligent/e °N'a qu'une parole °Protecteur/trice avec ses proches
Trois défauts : °Violent/e °Impatien/e °Manipulateur/trice

Description : Au masculin avec les siens _

Les mahrs sont ses semblables mais même avec eux, Silas ne sait être doux. Ne sait être patient. Peut-être sera-t-il plus charmant dans ses paroles et ses gestes, mais cela ne voudra en rien dire qu’il n’est pas capable d’essayer de vous écraser si l’occasion se présente. Pourtant, il est vrai, s’il est de nature violente et vicieuse, il n’aime pas perdre son temps a essayer de torturer des mahrs. Il ne voudrait pas avoir de problèmes au sein de sa race, au cœur même de ses terres d’accueil, de naissance. Aussi se contentera-t-il finalement de se montrer cordiale envers ceux de son espèce. Plus particulièrement charmant envers les femmes…
Les mahrs seront ceux plus à même de rencontrer Salis. Car Silas n’a pas peur de se montrer au féminin…et puis c’est envers eux qu’il aime obtenir quelque faveur de temps en temps...
Silas ne supporte pas les mahrs devenus esclaves. Il ne les comprend pas, ne comprend pas le fait qu’ils soient aussi faibles. Il les juge durement et cela n’est probablement pas prêt de changer.

Au féminin avec les siens _

C’est dans les terres mahr que Salis se montre plus souvent. Lors de repas, de promenade sur les terres. Car elle est consciente que son apparence masculine attire plus d’hostilité que cette apparente et douce jeune femme qu’elle sait être. Certains peineront à se rendre compte que Salis et Silas sont la même personne. Car Silas a appris, sous les traits de Salis, à se montrer plus délicat et tendre avec son prochain. Salis est donc une jeune femme qu’il fait bon rencontrer et côtoyer. Au rire discret, à la chaleur presque maternelle, elle aime la compagnie des autres, semble-t-il, feignant parfaitement l’intérêt…jusqu’à ce qu’elle s’impatiente et que Silas reprenne le dessus…

Au masculin avec les Vampyrs_

Silas ne les aime pas. Ou alors oui, mais uniquement parce qu’il s’en nourrit avec délectation. Les hommes il les maltraite, les femmes…également. Il a eu une ou deux esclaves au fil des siècles, mais n’a jamais su trouver satisfaction, cherchant une créature capable d’encaisser ses colères et ses besoins quasi bestiaux. Accepter ses sautes d’humeur et son manque de tact. Pourtant éduqué, il peut parfois se montrer mielleux pour obtenir ce qu’il désire, mais il est vrai que ce qu’il aime, c’est la soumission totale de la créature en face de lui. Ainsi n’hésitera-t-il pas à vous dorloter jusqu’à ce que vous ne cédiez à la moindre de ses requêtes…si cela ne marche pas, il n’en deviendra que plus violents…Aussi si vous rêviez de la tendresse d’un beau mâle, passez votre chemin.
Silas a toujours trouvé l’existence des Vampyrs pareil à la vache pour un être humain. On s’en nourrit et c’est là tout ce qu’on lui demande. Il ne saurait donc jamais faire ami-ami avec une de ces créatures.

Au féminin avec les Vampyrs_

Il arrive à Salis de se montrer pour amadouer et uniquement pour cela. Silas est doté d’une intelligence et d’une culture telle qu’il parvient à déchiffrer les désirs pour en faire des faiblesses. Il lui arrive souvent, voir même, c’est ce qu’il fait en général, qu’il ne se montre que sous sa forme masculine et que sa forme féminine, il l’utilise comme s’il s’était agi d’une tierce personne. Faisant croire qu’elle est la sœur de Silas. Tirant ainsi certaines confidences que la brutalité et la froideur de Silas n’aurait pu obtenir.

Au masculin avec les Lycans_

Comme beaucoup de Marh, bien que Silas ne le dise pas, il les craint. Il les sait capable de pires choses, d’autant qu’il les considère et à juste titre paraît-il, comme des animaux dénués de pensée et de conscience. Des brutes sanguinaires et écervelées en somme. Il les évite donc soigneusement et si vous lui demandez, il se contentera d’un air de dédain cachant une peur profonde de cet ennemi naturel.

Au féminin avec les lycans_

Ce serait idiot de dire que Salis à moins peur…

Au masculin avec les humains_

Les esclaves humains sont traités avec plus de soin de la part de Silas. Il trouve ces créatures mortelles fascinantes et il est donc tout naturel de le voir surprotéger de l’extérieur ses jouets. Évidemment, cela ne retire en rien la violence de ses gestes ou la rudesses de ses mots, mais il se fait plus souvent caresse qu’avec les vampyrs.

Au féminin avec les humains_

Salis se montrer tendre et délicate avec les humains. Comme si sous cette forme, Silas se permettait plus de tendresse. Évidemment…comme pour les vampyrs, il n’avoue pas forcément être une seule et même personne sous ces deux apparences. Les esclaves pensent souvent qu’ils ont à faire à une fratrie un peu étrange ou des mahrs qui ne se montrent que sous une seule apparence.

En tant que maître Silas sera alors protecteur envers ses biens, mais violent et rude. A la limite du sadisme qui le fait jouir.
Il ne supporte pas l’insoumission et prend un malin plaisir à se jouer d’eux.
En tant que bourreau Silas est un être impartiale qui tue et brutalise de la même manière quel que soit le rang ou la race.
En tant que traqueur…il est paraît-il, un des meilleurs.




Mon histoire

Je pourrais vous parler pendant des heures, comme le font certains, de ma vie d’avant. De ma vie de maintenant. Mettre en avant des faits d’arme que vous ne pourriez pas vérifier. Essayer de vous charmer avec des mensonges honteux sur des capacités que je n’ai pas. Et je ne suis pas très doué pour tout ça. Trouvant même que c’est une pure perte de temps. Mais comme il faut introduire un jour la personne que je suis, histoire « d’excuser » qui je suis, je vais vous parler de moi. Mon moi et le moi dont je me passe assez bien maintenant que je suis doté d’une conscience « adulte ».

Prenez le temps d’imaginer. Un homme de grande taille. Pas forcément le plus imposant par son physique musculeux, mais bel et bien par sa prestance et ce qui se dégage de son visage et de son grand nez. De tout temps, les grands nez ont fait bien des heureux. Et cela ne changera probablement jamais.

Imaginez cet homme grand, qui vous domine par sa présence, par sa puissance ainsi dégagée, qui, tout en parlant, évite les gestes inutiles et économise ses mots sans vraiment y prêter attention. Il faudra lui donner une voix de contrebasse, si profonde qu’elle vous fait vibrer de l’intérieur. Comme s’il la tirait directement de la terre.

Je me doute que vous vous foutez bien de qui étaient mes parents. Après tout, qui s’intéresse aux ancêtres, si ce n’est les historiens et les professeurs ? Et puis comme je l’ai dit plus haut, je pourrais m’inventer un père puissant et une mère d’une beauté à vous couper le souffle, vous ne pourriez aller vérifier mes dires. Cela fait bien trois ou quatre cents ans que j’ai perdu de vue mes géniteurs. Pas parce qu’ils sont décédés dans une aventure qui bercerait sûrement vos rêveries, mais parce que j’ai décidé de ne plus avoir à faire à eux. Nous étions tout simplement incompatibles. Un peu comme le chocolat et le fromage. Si certains aiment ça, ce n’est clairement pas mon cas. Ou est-ce que vous préfèreriez que je dise NOTRE cas ? C’est toujours délicat de parler de soi lorsqu’on est un Mahr. Les gens ne savent pas s’ils doivent dire « je » ou « nous » « Il » ou « elle » Et je fais partie de ce genre de personne, bien que préférant un « il » à un « elle ». Soit.

Pour en revenir à mes parents, c’est assez complexe de dire qui était maman, qui était papa. L’un l’autre changeant constamment, comme s’ils en ressentaient le besoin. Personnellement, je détestais ça. Que mon père puisse être ma mère pour le lendemain être à nouveau mon père. J’en arrivais à me demander comment ils se comportaient l’un envers l’autre. S’ils se mettaient d’accord pour ne pas être « Elles » ou « Ils ». Parce que je savais que le « Elle » de maman et le « Elle » de papa étaient trop différentes pour s’apprécier. Alors autant vous dire que mon enfance s’est faite dans d’étranges circonstances.


Vous vous demandez en cet instant s’il aurait trouvé sa vie plus intéressante en tant qu’être humain. Aurait-il préféré cette existence que l’on pourrait juger banale aux yeux de toutes ces créatures à celle qu’il a eue en tant que Mahr ? Allez savoir…

Mon enfance, je l’ai passée dans le doute. Mes parents voulaient que je m’entraine à changer d’apparence constamment et avaient pour jeu de me dire qui je devais être pour le lendemain. Ce n’était pas facile. C’était désagréable et je détestais mon apparence féminine. Lorsque je devais me présenter sous cette forme, j’évitais de sortir de chez nous et mieux encore, je restais cloitré loin de tout être vivant. Comme si j’avais peur que l’on ne me fasse du mal sous cette apparente jeune femme de frêle constitution. Il aura fallu que j’atteigne le demi-siècle pour qu’on me laisse enfin vivre comme je l’entendais…et encore.

Vous seriez curieux de « la » voir, mais ne vous faites pas d’illusion. Cet homme au visage fermé, au corps sculpté ne vous feras pas ce plaisir.

J’ai passé plusieurs siècles a tenter de trouver qui j’étais. Lorsque je prenais mon apparence féminine, j’avais la sensation d’étouffer. Comme si on m’avait enfermé dans une boîte trop petite pour me contenir entièrement. Alors je tentais de trouver la bonne position, cherchant un peu d’air dans tout ça. Tout ce que je parvenais finalement à faire, était redevenir homme. Vous vous dites sûrement que je dois être un de ces machistes à la petite semelle, mais c’est faux. Au contraire. J’aime trop les femmes pour accepter d’en être une.
Puis j’ai eu un frère…ou une sœur. Deux siècles et demi de moins que moi. Il grandira dans la haine de son aîné. J’avoue aisément ça. Je le détestais. Ou la détestais. Tellement à l’aise dans ses deux apparences. Je l’enviais. Et l’envie, la jalousie à trop haut niveau n’engendrera jamais la sympathie. Lorsqu’elle sera en âge de comprendre mon mal être, ce frère-sœur l’usera pour me faire du mal. Il était plus petit que moi et pourtant…si cruel avec ses mots. Évidemment, si vous le croisiez aujourd’hui, vous vous diriez que je vous ai menti…


Excédé, il a cessé de parler pour se lever, déplaçant son imposante silhouette en fulminant cette rage montante de souvenir dont vous êtes la source.

Sachez-le. Si je prends ma forme féminine aujourd’hui, c’est uniquement pour obtenir ce que je désire auprès de ceux qui sauraient être sensibles à ce visage d’ange. Sinon vous ne pouvez me voir que sous cette forme-là. Ma forme phallique, si je peux dire les choses ainsi. La sensation d’avoir quelque chose entre les jambes est ô combien plus agréable que n’importe quelle autre. D’ailleurs, il faut savoir que mes instincts primaires ainsi que mes capacités physiques sont bien plus efficaces sous ma forme masculine. C’est cette forme qui m’a permis de me découvrir un penchant très prononcé pour la chasse…

J’étais jeune lorsque j’ai chassé pour la première fois. C’était juste une jeune femme que j’avais croisée souvent, mais qui se dérobait sous mes assauts. Je n’étais pas et ne suis d’ailleurs toujours pas connu pour ma patience. Aussi avais-je décidé de me l’approprier de force, puisqu’elle ne semblait pas vouloir. Ma première humaine. Je crois qu’elle appartenait à quelqu’un, mais cela ne m’a pas empêché de la traquer, l’attraper et me l’approprier. Le temps d’une nuit. D’un spasme qu’est la jouissance. Je l’ai remplie et l’ai laissée repartir. Elle avait perdu tout intérêt du moment que j’avais pu être en elle. Et a partir de ce jour, la traque m’excitant, j’ai décidé d’offrir mes services. Au départ, je ne faisais que chasser les humains pour les abaisser à l’esclavagisme. Humains et vampyrs d’ailleurs. Puis j’ai commencé à trouver cela répétitif. Si ça nourrissait ma soif de chasse, il y avait toujours quelque chose qui me manquait affreusement, sans que je ne parvienne à savoir quoi.


Il s’est arrêté. Et la manière qu’il a de vous regarder vous glace. Vous met mal à l’aise. La sensation d’avoir des milliers d’insectes qui fourmillent dans votre corps et menacent de transpercer votre peau.

Jusqu’au jour où…
C’était il y a quelques millénaires. Elle s’appelait Lou. Une belle jeune femme n’appartenant à personne cette fois-ci. Elle avait fait tuer son maître par un autre Mahr qui se retrouvait condamné pour ce crime et était en fuite. Les gens ne savaient vers qui se tourner. « Ce n’est pas juste une humaine à vendre en esclavage, mais une condamnée » Et on est venu me chercher. Parce que j’avais quelques siècles tout de même de chasse derrière moi et m’étais spécialisé depuis peu dans la traque de personne disparue ou en fuite. Lou. Son odeur, ses gémissements, ses cris…son sang.

Je l’ai cherchée longtemps. L’ai trouvée presque trop facilement pourtant. Alors j’ai laissé la demoiselle courir pour sa vie. Je savais qu’elle était parfois persuadée qu’on l’avait oubliée. Mais les Mahrs n’oublient jamais. Lorsque je lui suis tombée dessus, elle pleurait et me suppliait. Tant et si bien qu’elle avait fini par m’agacer. Alors je l’ai giflée. Une gifle que je ne pensais pas si forte et pourtant, qui l’a faite saignée. Elle s’était ouverte la lèvre. La vue de son sang à exciter une part en moi que je ne connaissais pas. Tout mon être s’est mis dans une sorte de transe et j’ai fini par me soulager en lui faisant subir mille et un sévices. A tel point que je ne pouvais plus la ramener auprès des miens. Je suis rentré avec ses vêtements. « Je les ai trouvé près d’un précipice. Je doute qu’il reste grand-chose d’elle à l’heure actuelle. » Et de cette rencontre avec Lou est née ma soif de sang et plus encore, mon poste de bourreau.

Alors oui, je suis un Mahr…et pas des plus sympathiques.



100x100

Votre âge :

25 ans

Expérience du RP :

Je ne sais pas. J'ai fait des pauses fréquentes.
100x100

Vous engagez-vous à respecter le règlement ?

Évidemment que oui
100x100

Une remarque, une question, une suggestion ?

Je trouve que la police pour les postes est un poil trop petite. Après, je me débrouille en zoomant...




© By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Métier : /
Localisation : Le Creuset
Rang : Esclave
Messages : 477
Esclave
Eylin

Lun 16 Nov 2015 - 8:21
Bienvenue et bon courage pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 16 Nov 2015 - 13:22
Merci beaucoup ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Votre âge : 20
Rang : Esclave
Messages : 199
Esclave
Suzuran

Lun 16 Nov 2015 - 14:25
Bienvenue et bon courage pour finir ta fiche. n_n


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 16 Nov 2015 - 15:56
Merci beaucoup comparse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Votre âge : 35
Métier : Bibliothécaire
Messages : 143
Maître
Stanislas

Lun 16 Nov 2015 - 16:14
Bienvenue, bon courage pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Rang : Esclave
Messages : 107
Esclave
Felicity

Mar 17 Nov 2015 - 1:53
Oye !
Bon courage pour la suite de ta fiche. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mer 25 Nov 2015 - 0:34
Merci beaucoup Felicity ♥ Très bel avatar.

J'ai terminé ma fiche. Enfin. Je suis désolé du temps que j'y ai mis. Surtout pour au final, un résultat aussi médiocre. Je me rattraperai en rp promis !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Votre âge : 27
Métier : Traqueur
Rang : Maître
Messages : 150
Maître
Zyrael

Mer 25 Nov 2015 - 9:27
Hello ! Pas de problème pour l'attente, elle en valait la peine ! :D Aucun souci avec ta fiche, que je trouve pour ma part tout sauf médiocre. Tu es donc validé. :)











Félicitations tu es validé !

Tu peux dès à présent faire ta demande de maître ou d'esclave, rechercher un RP ou déposer une demande d'habitation.
Les Trois Royaumes t'ouvrent leurs portes et nous te souhaitons une longue nuit de plaisirs, d'aventures et de débauches...
Bienvenue sur Erèbe !











Theme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

[Mahr] Salis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» J'ai froid aux nouilles.
» Le Vent Chante [Darth Araya, Ulrich Andersen, Sir Calobarian]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives d'Erèbe :: Le Livre des Noms :: Vestiges-
Ouvrir la Chatbox